publié le: 10 juin 2014

Alimentation saine et bon goût, incompatibles selon les enfants !

Si vous dites à votre enfant qu’un aliment est bon pour la santé, alors il en déduira immédiatement qu’il a mauvais goût. Voilà le résultat étonnant d’une étude menée par des chercheurs de la Booth School of Business, qui paraîtra bientôt dans le Journal of Consumer Health.

 

Sain et savoureux à la fois, impossible !

Pour faire manger des légumes à leurs enfants, tous les parents leur disent que c’est nécessaire à leur santé, que ces aliments les rendront plus forts ou plus intelligents. Même si dans le fond, il y a une part de vrai, les enfants eux, associent cette justification au fait de vouloir leur faire manger des plats pas très goûteux. Visiblement, les petits estiment qu’il est impossible qu’un aliment sain puisse être savoureux.

Comment les chercheurs sont arrivés à cette conclusion ? Ils ont réalisé un test auprès de 270 enfants âgés de 3 à 6 ans, répartis en 3 groupes. Un scientifique a lu, à chaque groupe d’enfants, un conte illustré où une petite fille mangeait des encas. Lors de la lecture au premier groupe, la petite fille disait qu’elle choisissait les aliments qui étaient bons pour la santé. Dans le deuxième groupe, la fillette disait qu’ils étaient délicieux. Enfin, dans le dernier groupe, l’héroïne de l’histoire ne disait rien du tout.

Les enfants étaient ensuite placés dans la même situation que la petite fille : ils devaient déguster des encas. Ceux du premier groupe ont très peu mangé, alors que les enfants du deuxième groupe se sont régalés. Le troisième groupe a bien mangé.

Le professeur Atelet Fischbach, auteur de l’étude, explique que ce test démontre que les jeunes enfants pensent que la nourriture ne peut servir qu’un objectif : être délicieux ou être sain.

 

Une tendance qui disparaît avec l’âge

L’étude n’a pas été poursuivie sur les adolescents, néanmoins le professeur qui a dirigé les recherches pense que les enfants plus grands se fient moins au goût pour décider de leur repas. Ils ont une meilleure maîtrise d’eux-mêmes et savent reconnaître les préjugés. Cependant, il reste des adolescents, et même des adultes, qui n’aiment pas trop les soupes ou les légumes. Est-ce notre inconscient d’enfant qui revient à la surface ? Peut-être.

En tout cas, si vous souhaitez faire manger des repas équilibrés à vos enfants, il faut éviter de leur dire que c’est meilleur pour leur santé. Cette notion induit immédiatement l’idée de mauvais goût. La prochaine fois que vous servez des épinards ou des carottes à table, ne dites rien ou précisez que ces aliments sont succulents.

Alice de l’équipe du Laboratoire PediAct