publié le: 15 février 2014
catégorie: Bien-être

Les coliques du nourrisson, ce n’est plus une fatalité !

coliques du nourrisson

Se sentir impuissant face à son bébé qui se tord de douleur à cause de coliques du nourrisson est l’un des sentiments les plus frustrants que puisse connaître un parent. Même si elles peuvent paraître alarmantes en raison de la violence des crises, les coliques sont un mal bénin qui accompagne la croissance de la plupart des nouveau-nés, à tel point qu’on les a reléguées au rang de fatalité. Une étude du docteur Savino publiée en 2005 (A prospective 10-year study on children who had severe infantile colic) a par ailleurs mis en évidence que les plus jeunes nourrissons sujets à des coliques sévères pouvaient développer plus facilement des troubles gastro-intestinaux et des allergies durant l’enfance. Nous tentons de refaire le point avec cet article pour prendre un peu de recul sur cette période de la vie qui n’est pas toujours sans conséquences.
[su_spacer size= »40″]

Dès les premières semaines de leur vie, 20% à 30% des nouveau-nés sont la proie de coliques douloureuses.

Période difficile à supporter tant pour le bébé que pour les parents, elle n’est en revanche pas directement dangereuse pour la santé. Dans ces situations, le maître-mot a longtemps été « patience » : en effet, les coliques disparaissent généralement définitivement vers l’âge de 6 mois. Mais à quel prix ! Et ce d’autant plus que l’étude du docteur Savino a relié coliques sévères du nouveau-né et tendance à développer des allergies ou des troubles gastro-intestinaux durant l’enfance. Les figures suivantes réalisées à partir des données extraites de cette publication mettent en avant ce point de manière chiffrée :

COLIQUE DU NOURRISSON

COLIQUE DU NOURRISSON

Dans ce contexte, on se rend compte que les coliques du nourrisson ne sont pas toujours sans conséquences… Mais si vous allez jusqu’au bout de cet article, nous vous donnerons quelques pistes pour soulager votre enfant ou orienter vos patients.
[su_spacer size= »40″]

Quelles sont les causes des coliques du nourrisson ?

Il n’est pas facile d’établir la provenance exacte des coliques du nourrisson. La plupart des pédiatres se sont accordés à penser que l’immaturité du système digestif du nouveau-né en était un des causes. En effet, le tube digestif de bébé n’est pas pleinement développé à sa naissance, surtout au niveau du système immunitaire ou de la flore intestinale, ce qui pourrait être la cause de ces douleurs soudaines et incontrôlées. Néanmoins, d’autres hypothèses ont été envisagées, parmi lesquelles une intolérance au lactose présent dans le lait infantile, ou encore une assimilation difficile des protéines de lait. Des solutions efficaces existent pour prendre en charge la flore intestinale de votre nourrisson, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Comment savoir si mon enfant souffre de coliques du nourrisson ?

On parle de colique lorsque, par ailleurs, votre bébé est en parfaite santé : son poids et ses selles sont normaux, et il se nourrit correctement. Elles surviennent généralement après un repas et se caractérisent par des phases plus ou moins longues de pleurs violents et inconsolables (au moins 3h/jour, 3 jours/semaine et pendant 1 semaine, selon les critères de ROME III) parfois accompagnées de gaz. Son ventre peut alors être ballonné et anormalement dur. Vous êtes surement face à une colique dans ces circonstances !

[su_spacer size= »40″]

Comment soulager mon bébé ?

Il existe plusieurs astuces pour atténuer les douleurs d’un nouveau-né en proie à une crise de coliques. Certaines fonctionnent mieux que d’autres, à vous de trouver celles qui sont le plus adaptées à votre enfant :

• Les massages anti-colique : grâce à des gestes délicats effectués dans le sens du transit (c’est-à-dire dans le sens des aiguilles d’une montre), vous pouvez aider votre bébé à évacuer ses gaz et à diminuer ses douleurs ;

• Certaines positions : Par exemple, mettre bébé à plat ventre sur votre avant-bras, la tête dans le creux de votre coude en laissant pendre ses jambes de part et d’autre du bras peuvent également s’avérer apaisantes.

• La bouillotte : la douce chaleur d’une petite bouillotte placée sur le ventre de l’enfant a un effet très bénéfique également. Attention néanmoins à ne pas trop la chauffer et de ne pas mettre la peau de bébé directement en contact avec la source de chaleur.

[su_spacer size= »40″]

Quand dois-je consulter un médecin ?

Il est toujours judicieux de consulter votre pédiatre si vous jugez que les coliques de votre bébé sont anormales. Votre médecin saura vous rassurer, vous donner de précieux conseils et s’assurer que votre enfant ne souffre pas d’une maladie plus sérieuse.

[su_spacer size= »20″]
L’équipe du laboratoire PediAct

[su_spacer size= »40″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *