publié le: 4 février 2015
catégorie: Bien-être

L’intolérance au gluten chez l’enfant : comment la vivre au quotidien ?

Le gluten, que l’on trouve notamment dans la farine de blé, provoque chez certaines personnes une forme d’intolérance appelée également maladie cœliaque. Chez le bébé, les symptômes peuvent apparaître dès l’introduction de céréales dans l’alimentation. Si votre enfant en souffre, voici nos conseils pour l’aider à mieux vivre au quotidien.

Les symptômes de l’intolérance au gluten chez le tout-petit

Le gluten est obtenu lors d’une opération spécifique réalisée sur le blé : l’extraction par lavage de la farine. Composé de protéines solubles, de sucres, de lipides et d’amidon, il a un rôle important puisqu’il apporte l’élasticité à la pâte et améliore la capacité de levée.

La maladie cœliaque correspond à une incapacité à absorber les protéines contenues dans le gluten. Cette intolérance peut avoir des conséquences graves, puisqu’elle provoque une destruction de la paroi intestinale, qui ne joue alors plus correctement son rôle d’absorption des nutriments essentiels au développement.

Chez le nourrisson de six à huit mois, on peut observer les symptômes dès que des céréales sont introduites dans l’alimentation, par exemple sous forme de farines dans les biberons. Ils sont les suivants :

  • Troubles digestifs : diarrhées ou, au contraire, constipation, vomissements, ballonnements et douleurs abdominales,
  • Perte d’appétit, refus du biberon ou de l’alimentation,
  • Altération de l’état général : fatigue, anémie, perte de tonicité et d’activité
  • Atteinte de la croissance : absence de prise de poids voire perte pondérale, croissance ralentie.

Réagir vite en éliminant le gluten de l’alimentation

Si vous observez ces symptômes chez votre enfant, ou si vous avez le moindre doute, consultez un pédiatre qui confirmera ou non cette maladie. Une prise de sang sera effectuée sur votre petit afin de détecter la présence d’anticorps spécifiques du gluten. Si besoin, une biopsie de l’intestin sera réalisée afin de compléter le diagnostic.

En cas d’intolérance avérée, le gluten doit alors être banni de l’alimentation de votre bébé. Si cela peut être contraignant au quotidien, notamment lorsque l’enfant grandit et vit en collectivité, c’est indispensable pour sa santé. Une fois le gluten supprimé, on observe une disparition des symptômes avec notamment prise de poids et reprise de croissance.

Au quotidien, il sera important de prendre le temps de lire les étiquettes des aliments que vous achetez. Si c’est possible, essayez de cuisiner un maximum de choses vous-même, afin de limiter les produits industriels souvent pourvus en gluten. Il existe aujourd’hui des gammes spécifiques.

Le quotidien du petit intolérant au gluten

Tout d’abord, il est important d’expliquer à l’enfant quelle est sa maladie, son degré de gravité et les conséquences par rapport aux autres enfants, sans dramatiser. S’il se sent responsabilisé, il apprendra de lui-même à faire attention à ce qu’il mange. A la crèche, chez l’assistante maternelle puis à l’école, pensez à informer toutes les personnes qui vont s’occuper de votre enfant. On pourra vous demander de fournir ses repas.

Pour réaliser les menus au quotidien, vous pouvez vous rapprocher du pédiatre ou d’un diététicien spécialisé. Il existe également aujourd’hui des associations de parents qui s’entraident et partagent de nombreuses recettes sans gluten. Par exemple, l’Association Française des Intolérants Au Gluten (AFDIAG), regroupe sur son site un ensemble d’informations pour apprendre à décrypter les étiquettes et expliquer son intolérance à votre enfant.

Il faut exclure tous les produits contenant du blé, de l’orge, du seigle, de l’avoine et un hybride de ces céréales. Il ne faut donc pas consommer : de pain, de viennoiserie, de pâtes alimentaires, de biscuits, les céréales du petits déjeuner, les pains les viandes les poissons contenant de la chapelure, les soupes, les bières et du seitan, contenant ces céréales ou de la farine issus de ces céréales.

En revanche, vous pouvez cuisiner œufs, poissons, viandes, fruits et légumes, riz, maïs, pommes de terre, etc.

L’intolérance au gluten est aujourd’hui mieux connue, n’hésitez pas à en parler autour de vous, aux autres parents et au personnel médical. Si chacun fait attention à l’alimentation de votre enfant, sa santé s’améliorera rapidement.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.