Vers 2-3 ans, la plupart des enfants traversent cette période où ils sont en opposition constante avec les adultes. Cette phase du « NON » est bien connue et souvent mal vécue par les parents. Désarmés face à ce petit être qui change soudain et qui s’affirme en les défiant, il n’est pas simple de savoir quelle attitude adopter ! Patience et fermeté, résume assez bien la ligne de conduite à suivre…

Dire NON pour se démarquer et s’affirmer

Depuis qu’il arrive à se déplacer et qu’il part à la découverte de son environnement, votre enfant vous observe intervenir sans cesse avec ce fameux NON, lui posant les limites des espaces auxquels il peut accéder.

D’abord par mimétisme, puis par plaisir de prononcer un nouveau mot, les premiers NON sortiront de la bouche de votre tout-petit entre 18 mois et 2 ans.

À cet âge, l’enfant à ses désirs propres, il s’affirme face à l’adulte. Sans savoir toujours pourquoi, il refuse de vous suivre dans toutes vos consignes : pour manger, s’habiller, se laver… c’est toujours un NON sans qu’il y ait d’ailleurs forcément valeur de refus.

Si les enfants peuvent paraître durs à cet âge, c’est qu’ils se construisent et se différencient par l’opposition. Cette phase du NON est nécessaire dans leur développement, car c’est à ce moment que se forge le caractère.

C’est une période charnière durant laquelle les parents devront tenir bon, car se jouent ici les bases de leur relation  future.

Adopter une cohérence éducative

Plus sûr de lui et en plein apprentissage de la parole et de la propreté, l’enfant de 2-3 ans ne maîtrise pas encore ses émotions, ses colères sont donc excusables.

Il faut cependant garder à l’esprit qu’il vous teste afin de mesurer vos limites. Dans ce contexte, la cohérence éducative au sein du couple est indispensable. Les parents doivent être fermes et imposer un cadre dans lequel l’enfant trouvera ses repères : c’est d’abord lui faire comprendre les choses importantes et ensuite savoir définir ce qui est interdit.

Le juste milieu entre trop d’explications, de justifications, et un comportement autoritaire n’est pas toujours facile à trouver.

Se faire obéir calmement, mais fermement

S’il est vrai qu’il est important d’être à l’écoute pour comprendre ce NON, il ne faut pas se laisser manipuler et il faut avant tout être capable de se faire obéir. Il ne s’agit pas de crier à tout va, mais plutôt de trouver le ton juste, pour imposer votre décision.

Cette crise du NON est significative. Votre enfant cherche sa personnalité et vous devez l’accompagner avec bienveillance sans l’accabler et en évitant de lui laisser trop de libertés.

L’enjeu étant de poser les bases pour qu’il s’épanouisse et soit bien dans sa peau.

La vie en société et le monde des adultes sont faits de règles qu’il faut suivre et respecter pour bien vivre ensemble. Vers 2-3 ans, l’enfant apprend à gérer la frustration en respectant les limites qui lui sont imposées. Soyez convaincu que c’est pour son bien et gardez le cap !

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.