Par choix ou par obligation, certaines mères ne peuvent allaiter leur nouveau-né au sein. Bien que le lait maternel soit l’alimentation idéale pour combler ses besoins nutritionnels, le lait infantile constitue un substitut courant, sûr et complet pour l’enfant.

Mais peut-on changer de lait infantile à tout moment ? Cela peut-il entraîner des conséquences sur la santé du tout-petit ? Faisons le point.

Le lait infantile, une alternative nutritionellement complète

Un lait infantile peut être prescrit dès la naissance du nouveau-né, à la maternité. Si le lait maternel répond parfaitement à tous ses besoins nutritifs, le lait infantile lui apporte également les nutriments indispensables à sa croissance et couvre parfaitement les apports en glucides, lipides, protéines et vitamines nécessaires.

Sa composition est étudiée en fonction des besoins de l’enfant, selon son âge. Les laits infantiles sont classés en 2 catégories :

  • Le lait infantile 1er âge (de la naissance à 6 mois) ou préparation pour nourrissons
  • Le lait infantile 2ème âge (de 6 à 12 mois) ou lait de suite

Une formule 3ème âge ou lait de croissance (à partir de 12 mois) est également disponible. Bien que régi par une Directive Européenne différente, il est couramment assimilé à un lait infantile et est recommandé jusqu’aux 3 ans de l’enfant.

Ces formules infantiles sont fabriquées conformément aux exigences d’une réglementation très stricte qui garantit leurs qualités nutritionnelles et sanitaires.

Pourquoi changer de lait infantile ?

Généralement, le choix du lait infantile se fait à la maternité ou avec le pédiatre. Il est essentiel que le nourrisson le tolère bien. Dans le cas contraire, changer de lait peut s’avérer nécessaire, notamment suite à l’apparition de troubles digestifs ou de problèmes allergiques.

Le pédiatre peut le recommander suite à des épisodes de diarrhée aiguë (formule infantile sans lactose), de constipation (« lait transit »), de régurgitations (« lait AR ») ou un terrain allergique.

De nombreuses références de formules infantiles sont disponibles sur le marché français. Le changement d’une formule infantile issue du lait de vache pour une autre formule infantile issue du lait de vache peut ne pas convenir à votre nourrisson.

Et si la vrai alternative était de changer de source de protéines en nourrissant, par exemple, votre bébé par une formule infantile issue du lait de chèvre, autorisée en France depuis 2014 ?

Quoi qu’il en soit, pour choisir un lait adapté à un tout-petit, il est essentiel de demander l’avis médical d’un professionnel de la santé. Ce choix dépend de l’âge de l’enfant et des éventuels troubles fonctionnels dont il souffre.

Changer de lait infantile : y a-t-il des effets indésirables ?

Lorsque l’enfant souffre de troubles digestifs ou est génétiquement exposé à des risques d’allergies, changer de lait infantile peut être préconisé sur une plus ou moins longue durée en fonction de son état physiologique.

Dans ce cas, il convient de respecter scrupuleusement les éventuelles consignes prescrites par le médecin, ainsi que celles de préparation et d’utilisation de la formule infantile.

Toutefois, si l’enfant prend correctement ses biberons et qu’il n’y a pas de raison médicale apparente, changer de lait n’est généralement pas recommandé.

Cette modification alimentaire risque de déclencher de légers troubles digestifs, fort désagréables pour le tout-petit.

Cependant, si, pour une quelconque raison, il est impossible de lui donner son lait habituel, il est essentiel de choisir une formule infantile de même catégorie (1er, 2ème ou 3ème) et de même type.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l’aliment idéal de chaque nourrisson. En cas d’utilisation d’une formule infantile, où quand la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical.

Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.