Vacances : comment gérer le mal des transports de mon enfant ?

publié le: 31 juillet 2020

Comment gérer le mal de transport de mon enfant ?

Ça y est, les vacances sont enfin arrivées ! Problème : votre enfant souffre d’un intense mal des transports, surtout en voiture. Au quotidien, vous avez pour habitude d’éviter un maximum ce moyen de transport. Mais avec la route qui vous attend pour rejoindre l’océan, il vous faut absolument une solution efficace pour soulager votre petit bout de chou. Heureusement, PediAct a LA solution.

 

C’est quoi au juste, le mal des transports ?

Une maladie ? Une pathologie ? Non. Le mal des transports, c’est tout simplement un malaise – plus ou moins intense – qu’une personne ressent lors d’un voyage en voiture, bus, avion, train, etc. 

Comment ce malaise se manifeste-t-il ? Le cerveau reçoit des messages contradictoires entre ce qu’il aperçoit et les informations envoyées par son oreille interne (organe de l’équilibre). 

Cette sensation est exacerbée lorsqu’un véhicule est en mouvement. En effet, un enfant atteint du mal des transports se sentira mal lorsque ses yeux indiquent que son corps ne bouge pas, alors que son oreille interne, elle, détecte des mouvements (ceux de la route ou du chemin). 

 

Savoir reconnaître les symptômes

Vous sentez que votre enfant ne se sent pas bien en voiture ? Il fait une drôle de tête et se plaint de sensations désagréables ? C’est tout à fait normal. Le mal des transports peut se traduire par de nombreux symptômes, tous très désagréables pour un jeune enfant :

  • Des maux de coeur ;
  • Des maux de tête ;
  • Des étourdissements ;
  • Une boule dans le ventre ;
  • De la transpiration ;
  • Des nausées ;
  • Des vomissements ;
  • Une intense fatigue.

 

6 trucs pour aider votre enfant à mieux supporter le mal des transports

 

1 –  Prendre la route à un moment où il y a peu de circulation

S’il y a moins de monde sur la route, vous éviterez ainsi à votre enfant de subir les embouteillages et une conduite peu fluide entre freinage et accélération. 

 

2 – Evitez, autant que faire se peut, les routes sinueuses

Si vous le pouvez, tentez de prendre des routes où il n’y a pas trop de virages pour éviter d’accentuer le mal-être de votre enfant. Les routes de montagne peuvent être particulièrement désagréables.

 

3 –  Votre enfant doit voyager le ventre léger

Pour éviter les petits “drames” en voiture, privilégiez un repas léger. Votre enfant ne doit pas avoir le ventre trop plein mais aucun cas complètement vide non plus. On vous conseille donc de préparer un petit repas et de prendre la route une heure après.

 

4 – Une voiture saine et fraîche

Pendant tous ces trajets en voiture, ouvrez les fenêtres pour faire circuler l’air s’il fait chaud. Vous pouvez aussi opter pour la climatisation (à ne pas mettre trop fort). Enfin, s’il fait froid, vous pouvez mettre du chauffage sans jamais surchauffer la voiture. Enfin, ne fumez pas dans la voiture pour lui éviter une odeur entêtante. 

 

5 – Faites des pauses

En voiture, multipliez les pauses avec votre enfant. Le mieux ? Toutes les heures. Profitez-en pour lui proposer à boire, pour jouer avec lui et pour lui donner un petit quelque chose à manger.

 

6 – Videz-lui la tête

Votre petit ne se sent pas bien en voiture ? Essayez un maximum de l’occuper en lui parlant du paysage, en attirant son attention sur la couleur d’une voiture ou d’une maison, par exemple. S’il est en âge de comprendre vous pouvez jouer au jeu des plaques d’immatriculation. Le but : associer le numéro d’une plaque à un département français. En revanche, ne lui proposez pas de regarder un film ou de lire un livre. Cela pourrait lui faire tourner la tête. 

 

Mon enfant a le mal des transports : cela va-t-il s’atténuer avec le temps ?

Comme pour beaucoup de choses, le temps est souvent le meilleur des remèdes. En effet, il semblerait que plus les enfants voyagent, puis leur corps s’habitue aux mouvements ressentis lors de la route. Cerveau et oreille interne deviennent ainsi moins sensibles aux informations différentes et les malaises se font moins fréquents. Généralement, vers l’âge de 12 ans votre enfant devrait ne plus ressentir la plupart des symptômes cités précédemment.

 

Quel traitement pour soulager mon enfant ?

Si toutes ces petites astuces et le temps n’y font rien, nous vous conseillons de vous orienter vers votre médecin ou pharmacien afin de connaître les solutions médicamenteuses qui pourraient convenir à votre enfant. Dans tous les cas, demandez toujours l’avis d’un professionnel !

 

Ce qu’il faut retenir 

Votre enfant a le mal des transports et vous vous apprêtez à faire un long, très long, trajet en voiture ? Pas de panique ! Si le mal des transports est très courant chez les jeunes enfants, sachez qu’il s’estompe aussi très souvent vers l’âge de 10/12 ans. 

Si ce mal est trop intense – que ce soit au quotidien ou durant vos vacances en famille – quelques petits trucs à adopter au quotidien rendront ces voyages en voiture moins douloureux. Les médicaments peuvent aussi être d’une grande aide. Et voilà, il ne vous reste plus qu’à profiter de ce road-trip en famille ! 

Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.