publié le: 18 août 2015

Aider son enfant à arrêter de porter des couches : les bonnes méthodes

A l’approche de la rentrée des classes, de nombreux parents aimeraient que leur enfant devienne propre, et l’été est une période propice pour le familiariser avec le pot. Mais comment s’y prendre ? Quelles sont les bonnes méthodes et astuces pour l’aider à quitter définitivement ses couches ? Voici quelques conseils pour lui apprendre la propreté, sans trop le brusquer.

 

Rien ne sert de mettre la pression à son enfant, ni de lui forcer la main ou de lui faire du chantage pour qu’il accepte de ne plus porter de couches. Pourtant, utiliser le pot représente d’une part une réelle économie pour les parents, qui sont également contraints par les établissements scolaires à s’engager à ce que leur tout-petits soient propres pour la rentrée des classes en septembre. Mais finalement, c’est souvent l’enfant qui détermine s’il est prêt ou non à franchir ce cap. Il faut savoir que l’acquisition de la propreté se fait généralement entre 18 et 24 mois, donc rien ne sert de s’y prendre trop tôt. Néanmoins, quelques astuces permettent de lui suggérer d’utiliser le pot, comme un grand, et de manière progressive.

 

Valorisez votre enfant

S’il a des grands frères et soeurs, montrez-lui l’exemple : « Tu vois, Adrien va aux toilettes, toi aussi tu seras un grand lorsque tu feras pipi sur le pot ! ». Votre enfant pourra alors se projeter et lorsqu’il sera en âge de penser qu’il n’est plus un bébé, il finira par quitter ses couches de lui-même. N’hésitez pas à l’encourager et à le féliciter chaque fois qu’il tentera de vous demander le pot. Au fur et à mesure, il parviendra à reconnaître les signes et le moment propice pour s’y asseoir ou vous dire qu’il a envie de faire pipi. Dans ce cas, amenez-le rapidement et aidez-le au départ à se déshabiller et à se mettre dessus.

 

Donnez-lui envie d’utiliser le pot

L’enfant est habitué aux couches depuis sa naissance. Les lui retirer représente donc un grand changement pour lui, une étape pourtant importante, mais qui ne doit en aucun cas représenter une contrainte. Au lieu de lui imposer le pot, donnez-lui envie d’y aller. Comment ? En choisissant avec lui un pot amusant, rose, vert, ou bleu, à l’effigie de ses super-héros préférés ! Certains sont même très originaux, avec de la musique et des chansons. Rendez-vous ensemble dans un magasin de puériculture ou dans un supermarché et demandez-lui quel est le modèle qu’il préfère, celui qui lui donnerait envie d’utiliser. Il sera alors fier d’utiliser un pot « rien qu’à lui », qu’il aura lui-même choisi.

Par ailleurs, lorsque votre enfant utilise le pot, accompagnez-le pendant ce moment, en discutant avec lui, ou en lui lisant une histoire si besoin.

 

Soyez pratique !

Au départ, attendez-vous à quelques accidents : les tout-petits ne maîtrisent pas tout de suite la contraction des sphincters. S’il n’arrive pas à se retenir, ne dramatisez pas les choses non plus, afin de ne pas culpabiliser l’enfant. Au contraire, facilitez-lui la tâche en adoptant des vêtements rapides à enlever (des jupes ou des jeans avec élastiques…). Avant de commencer, vous pouvez même utiliser des couches culottes, qui se retirent comme un slip afin d’habituer l’enfant à ce geste. De la même manière, le pot ne doit pas être situé à l’autre bout de la maison : placez-le intelligemment, à côté de sa chambre ou du salon pour qu’il soit rapidement à sa portée en cas de besoin.

Autre astuce imparable : lui offrir des culottes ou des jupes de princesse ! La raison ? Parce qu’on ne fait pas pipi sur Cendrillon, Blanche Neige, Ariel et Belle… votre petite fille aura plus de facilité à demander le pot lorsqu’elle aura envie de faire pipi.

Dans tous les cas, il est important de rester à l’écoute de votre enfant et de lui proposer, lui suggérer le pot sans jamais le forcer. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir si votre enfant traîne à jeter ses couches. Les enfants sont tous différents les uns des autres, et souvent, certains adoptent les toilettes ou le pot, du jour au lendemain. Allez-y donc progressivement, avec douceur, dans cette étape de la propreté.

 

Alice du Laboratoire PediAct

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *