Alerte déshydratation : les réflexes à adopter

publié le: 20 novembre 2015

La déshydratation chez le nourrisson ou l’enfant n’est pas uniquement liée aux périodes de chaleur. Une forte fièvre ou des troubles digestifs peuvent aussi accroître les risques. Nos conseils pour bien réagir.

A quel moment apparaît la déshydratation ?

La déshydratation peut être dangereuse chez l’enfant et particulièrement chez les nourrissons. Le corps d’un bébé est en effet composé à 75% d’eau. C’est la raison pour laquelle ses besoins en eau sont plus importants que ceux des adultes (dont le corps est composé à 60% d’eau en moyenne).

Les enfants sont également plus sensibles et sujets aux risques et contrairement aux idées reçues, il n’y a pas que les températures élevées et la canicule qui entraînent une déshydratation. Les fortes fièvres, mais aussi des troubles digestifs tels que les gastro-entérites avec diarrhées et vomissements peuvent être aussi dangereux que la période estivale.

En outre, les bébés n’étant pas capables de s’exprimer pour parler et témoigner de leur soif, les parents doivent être continuellement vigilants en proposant à leur enfant un biberon d’eau régulièrement.

Que faire en cas de déshydratation ?

En cas de déshydratation, n’hésitez pas à consulter votre pédiatre ou votre médecin, qui pourra déterminer la gravité de la situation et vous orienter si besoin.

Si vous vous rendez compte que votre enfant a perdu beaucoup de liquides (suite à des vomissements, une diarrhée ou de la fièvre), et en cas de doute, sachez que des solutés de réhydratation orale existent. Ils sont d’ailleurs recommandés et très efficaces pour soigner l’enfant rapidement car, en plus de réhydrater, ils contiennent des sels minéraux et le sucre dont il a besoin.

Le soluté BioGaia ProTectis SRO contient du Lactobacillus reuteri Protectis et du zinc qui permettent de combler les pertes hydriques. Ce soluté est principalement indiqué chez les bébés et enfants en bas âge en cas de vomissements et de diarrhées aiguës légères à modérées.

Quels sont les gestes à adopter pour limiter les risques de déshydratation ?

  • Commencez par vérifier que l’eau que vous donnez à votre enfant soit bien adaptée à son âge afin d’éviter les troubles digestifs. Elle doit, par exemple, être pauvre en nitrates, pure et saine, et faiblement minéralisée pour convenir à la préparation des biberons et des repas du nourrisson.
  • Soyez aussi attentifs aux signes qui peuvent vous alerter. Il faut savoir qu’en cas de déshydratation chez un nouveau-né, celui-ci peut présenter plusieurs symptômes : teint grisâtre, peau et lèvres sèches, cernes, perte de poids et d’appétit, refus de boire son biberon, forte fièvre, vomissements ou diarrhées, vertiges et étourdissements ou encore des urines foncées et odorantes (ou une faible production d’urine).
  • Pour éviter les risques, vous pouvez aussi utiliser les solutés de réhydratation de manière préventive. S’ils sont efficaces pour soigner les enfants en cas de déshydratation, ils sont aussi pratiques pour prévenir les pertes hydriques. Sous forme de solution buvable à dissoudre dans de l’eau, il suffit de faire boire son enfant au biberon ou dans un verre selon son âge en respectant les doses adaptées et recommandées.

 

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.