publié le: 2 décembre 2016
catégorie: Pneumologie

Asthme du nourrisson : symptômes et traitements

Symptome et traitement asthme du nourrisson

L’asthme est une maladie respiratoire chronique qui n’épargne pas les nourrissons. De plus en plus fréquent, il doit être détecté rapidement pour assurer au tout-petit une prise en charge optimale et un rythme de vie normal.

Faisons le point sur les symptômes et traitements de l’asthme du nourrisson.

Comment reconnaitre l’asthme du nourrisson ?

L’asthme est provoqué par une inflammation de l’arbre respiratoire. En présence d’un des éléments déclencheurs de la maladie, les bronches et bronchioles du tout-petit se défendent contre le ou les agresseurs, et ses poumons se défendent.

Malheureusement, l’asthme est parfois difficile à diagnostiquer chez le nourrisson. Ne pouvant décrire son mal-être avec des mots, il est important de reconnaitre les premiers symptômes de l’affection dès leur apparition :

  • Toux sèche survenant la nuit
  • Toux après un effort
  • Respiration rapide et sifflante
  • Pâleur
  • Difficulté à manger
  • Fatigue

Les premières crises d’asthme interviennent souvent après un épisode de bronchiolite ou de rhinopharyngite. Si l’un de ces troubles apparait, il est essentiel de consulter rapidement le pédiatre du nourrisson afin qu’il pose un diagnostic.

Asthme du nourrisson : la consultation médicale

Le pédiatre, ou le médecin traitant va examiner le nourrisson afin de déterminer les éventuels signes d’asthme. Si au moment de la crise, il perçoit des sifflements lors de l’auscultation des poumons, il est fort probable que le tout-petit souffre d’asthme.

Pour poser un diagnostic fiable, il interroge également les parents sur la fréquence et la durée des symptômes, sur d’éventuels antécédents familiaux, ainsi que sur la présence de facteurs déclenchants et/ou favorisants les crises (fumée de tabac, allergènes intérieurs et extérieurs, etc.) dans le cadre de vie de l’enfant. Pour écarter le risque d’une autre pathologie, il peut prescrire une radiographie des poumons, les résultats étant normaux en cas d’asthme.

Enfin, si l’asthme est avéré, il prescrit un traitement médical permettant de calmer les épisodes d’asthme aigus et les faire régresser, tout en faisant disparaitre les symptômes entre les crises. L’enfant retrouve ainsi un appétit normal et un sommeil de qualité, facteurs indispensables à sa bonne croissance.

Le traitement en cas d’asthme du nourrisson

Un asthme chronique nécessite un traitement de fond que seul le médecin est habilité à prescrire. Pour soulager les difficultés respiratoires du nourrisson, il recommandera l’utilisation d’une chambre d’inhalation. Ce dispositif médical permet l’administration du traitement inhalé prescrit (bronchodilatateur ou corticoïde), essentiel pour soulager le tout-petit.

Pour être efficace et agir rapidement, la chambre d’inhalation doit être choisie avec soin et respecter de strictes consignes :

  • Les nourrissons ayant une faible capacité respiratoire, elle doit bénéficier d’un petit volume d’espace mort.
  • Pour contrôler la bonne prise médicamenteuse, elle doit être conçue avec une valve expiratoire.
  • Pour une meilleure assimilation du traitement, elle doit également avoir une valve anti-retournement.
  • Pour s’assurer qu’elle répond bien aux normes de qualité, elle doit porter le marquage CE.

La gamme de chambres d’inhalation Tips-haler® est particulièrement recommandée pour soigner l’asthme chronique du nourrisson. Optimisées pour les aérosol-doseurs, elles offrent une administration optimale du traitement.

Agissant comme un réservoir, elles favorisent la déposition pulmonaire du médicament, sans impacter la bouche ou la gorge. Ergonomiques, les masques sont souples et assurent une parfaite étanchéité avec le visage pour un meilleur confort d’utilisation dès le plus jeune âge.

Pour que l’asthme du nourrisson n’évolue pas avec les années et ne soit plus qu’un lointain souvenir, un dépistage précoce et un traitement adapté sont essentiels à son bien-être.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.