Le lait maternel est le lait idéal pour le nourrisson. Le lait maternel s’adapte parfaitement aux besoins physiologiques du tout-petit. Sa composition unique répond aux besoins de votre enfant et la maturation de ses défenses immunitaires.

Si allaiter est un geste naturel, il est essentiel que ce choix résulte d’une décision intime et non d’une obligation. De plus, afin de bien démarrer l’allaitement au sein, quelques recommandations importantes sont nécessaires.

Pourquoi allaiter son enfant ?

L’Organisation Mondiale pour la Santé, l’OMS, préconise l’allaitement exclusif au sein jusqu’aux six premiers mois de vie du tout-petit : la composition du lait maternel évolue avec ses besoins et s’adapte progressivement à sa croissance et à son bon développement. Facile à digérer, le lait maternel contient des éléments nutritifs idéaux qui protègent le nourrisson des bactéries et virus environnants, en attendant qu’il fabrique lui-même ses propres anticorps.

Dès la fin de la grossesse, sous l’influence d’une hormone, la prolactine, les seins produisent un liquide jaunâtre et épais, le colostrum. Ce premier lait, généralement sécrété jusqu’au 3ème jour qui suit l’accouchement, est annonciateur du lait maternel. Très riche en protéines et en immunoglobulines, il joue un rôle anti-infectieux important et facilite le transit du nourrisson. Peu à peu, la production du colostrum est remplacée par le lait maternel, plus riche en lactose et en graisses.

Comment bien allaiter son enfant ?

Décider d’allaiter son enfant est un choix qui ne doit pas être pris à la légère. Cette décision, très personnelle, est bien souvent l’une des premières interrogations que se pose la future maman. Pour bien démarrer l’allaitement, et qu’il soit un succès, il est primordial de veiller à bien respecter certaines recommandations pratiques :

  • Bien s’informer avant la naissance

La grossesse est la période idéale pour s’informer, poser des questions sur les bénéfices et les conseils indispensables pour un bon déroulement de l’allaitement. Après la naissance, la maman est souvent moins réceptive aux informations rationnelles. En s’informant au préalable auprès de médecins généralistes, de sages-femmes ou encore auprès de votre pharmacie, la mise en route sera facilitée à la maternité.

  • Mettre le nourrisson au sein le plus tôt possible

L’idéal est de mettre le nouveau-né au sein le plus rapidement possible après l’accouchement. Les tétées précoces et répétitives permettent de stimuler la sécrétion lactée, d’assurer un taux de prolactine élevé et d’obtenir ainsi une production lactée régulière.

Dès les premières heures de vie, si aucun soin médical indispensable n’est nécessaire, un contact peau à peau avec la mère permet non seulement de maintenir la température corporelle du nouveau-né, mais aussi de laisser ses réflexes de succion s’éveiller. Guidé par son odorat, il cherche instinctivement à atteindre les seins de sa mère.

  • S’assurer que le nouveau-né prenne le sein sans difficulté

C’est un facteur essentiel pour un allaitement réussi dès les premiers jours. Si pour certains enfants la mise au sein se passe facilement, d’autres ont besoin d’être guidés pour prendre le lait dont ils ont besoin. Une bonne prise du sein permet une succion efficace et un transfert de lait correct et évite ainsi des douleurs, crevasses, voire des saignements des mamelons. Il est donc essentiel de prendre une bonne position pour allaiter (le nez du nourrisson doit être bien en face du mamelon).

  • Encourager une mise au sein à la demande

Les mises au sein fréquentes, sans restriction, sont à favoriser, y compris la nuit. La succion déclenchant la production de lait, la stimulation lactée est ainsi renforcée. Il est donc préférable de s’adapter aux demandes du nourrisson, aussi bien au niveau du rythme que de la durée des tétées. Très vite, il émet des signes d’éveil indiquant qu’il est prêt à être mis au sein : il fait des petits mouvements de bouche, sort sa langue, cherche à téter ou encore agite ses bras et ses jambes.

  • Privilégier un environnement calme

Stress, fatigue, contrariétés peuvent perturber le bon déroulement de l’allaitement, car ces facteurs risquent de ralentir la lactation. Il est essentiel de privilégier le repos et le bien-être de la maman. De même, une alimentation saine est indispensable (prendre trois repas équilibrés par jour ou encore ne pas entreprendre de régime sans avis médical).

L’allaitement, au-delà de ses nombreux bienfaits, est un moment d’échange et de complicité intense et privilégié qui permet de prolonger le lien tissé lors de la grossesse entre le tout-petit et sa mère. Si certaines femmes rencontrent quelques difficultés au début de leur allaitement, il est primordial de toujours garder confiance en soi et de se laisser guider par son instinct maternel. En cas de problèmes, vous pouvez vous adresser à un professionnel de santé qui saura répondre à vos questions et vous accompagner.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l’aliment idéal de chaque nourrisson. En cas d’utilisation d’une formule infantile, ou quand la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical. 

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.