E-boutique
Nous contacter
‹ Retour au blog

EAR (À réécrire) - Quand arrêter le lait maternel ?

Ce qui devait arriver arriva. Après toutes ces sessions à la piscine et les nombreux allers-retours dans le pédiluve, votre petit a attrapé une verrue. Depuis quelques semaines, impossible d’en venir à bout malgré vos nombreuses tentatives. Faut-il intervenir ? Comment s’en débarrasser ? On vous explique.

Le sevrage est une étape importante dans la vie d’un enfant. Le plus souvent, elle coïncide avec un changement dans sa vie, comme la reprise du travail de maman et un nouveau mode de garde. Pour se dérouler en douceur, cette étape doit se faire progressivement. Pediact dévoile des astuces pour savoir quand et comment stopper l’alimentation au lait maternel.

 

Pourquoi arrêter le lait maternel ?

Arrêter le lait maternel signifie d’arrêter l’allaitement. Les motivations de ce choix sont nombreuses. Une jeune maman peut décider de stopper l’allaitement avant de reprendre le travail, parce que bébé va être gardé ou simplement parce que l’allaitement n’est pas ou plus un plaisir.

Cependant, il faut comprendre que cette décision est irréversible. À partir du moment où la maman décide de ne plus (ou de moins) allaiter, la production de lait maternel va faiblir. Si vous ne pouvez plus nourrir l’enfant au sein, il est toujours possible de tirer son lait pour préparer des biberons à l’avance et continuer le processus de lactation.

 

Est-ce le bon moment ?

Il n’existe pas de période propice au sevrage. Encore une fois, cette décision personnelle dépend de multiples facteurs. Vous pouvez choisir de sevrer un bébé dès le 3e jour d’allaitement, à la fin du congé maternité, au moment de la diversification alimentaire, etc.

Dans tous les cas, le sevrage doit être progressif et régulier. Selon la durée de l’allaitement, il peut prendre jusqu’à 8 semaines. En cas de reprise d’une activité professionnelle ou du début de la garde de l’enfant, cette étape doit débuter 3 semaines avant le jour J. Notons que cette période est facilitée si bébé prend déjà des biberons contenant du lait maternel.

 

Existe-t-il des alternatives au lait maternel ?

Arrêter le lait maternel n’est pas une obligation. Les mamans qui le souhaitent et qui en ont l’opportunité peuvent tirer leur lait sur leur lieu de travail. Ainsi, elles réduisent la tension mammaire et pourront donner le lait à leur enfant ultérieurement. Dès qu’elles sont à la maison et les weekends, il est possible de remettre bébé au sein.

Rappelons que le lait peut être conservé 10 heures à température ambiante, 5 jours au réfrigérateur et 3 mois au congélateur.

Le lait infantile est une alternative au lait maternel et répond aussi très bien aux besoins de l'enfant. Pour lui apporter une alimentation similaire à ce lait maternel, les formules infantiles sont soumises à une règlementation stricte. Élaborée par des directives européennes, la composition de ces laits doit répondre à tous les besoins nutritionnels de l’enfant. La commercialisation de préparations infantiles à base de protéines de lait de chèvre est par exemple autorisée, car elles répondent parfaitement à ces besoins nutritionnels. Le lait de croissance contient les vitamines, minéraux et acides gras essentiels dont l’enfant a besoin. Il est même enrichi au fer pour éviter les carences, un problème nutritionnel assez répandu chez les plus petits. Néanmoins, pour profiter de ses bienfaits, il est impératif de bien respecter les doses et les indications fournies par les professionnels de santé.

 

Comment procéder ?

La méthode de sevrage dépend de l’âge du nourrisson. Plus il est jeune, plus il acceptera facilement d’alterner sein et tétine. En revanche, après 9 mois, il est plus difficile de lui proposer un biberon, surtout s’il n’est pas habitué.

Idéalement, calquez-vous sur votre futur emploi du temps : présentez le biberon aux repas qui se dérouleront pendant vos heures de travail. Cependant, ne forcez pas l’enfant à l’accepter s’il le refuse dans un premier temps. Présentez-lui régulièrement, il finira par le prendre.

 

Chaque enfant est différent. L’arrêt du lait maternel dépendra de son âge, des obligations familiales et de son attitude face à ce changement. En cas de doute ou de question, n’hésitez pas à consulter votre pédiatre ou médecin traitant.

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l’aliment idéal de chaque nourrisson. En cas d’utilisation d’une formule infantile, ou quand la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical.

 

PediAct, un laboratoire dédié à la santé familiale

Découvrez nos produits

Articles similaires

Les premières choses à faire quand on est enceinte

Votre test de grossesse est positif ? Souvent très attendu, ce moment suscite beaucoup d’émotion… et plusieurs questionnements. Que faire après un test de grossesse positif ? Quelles sont les premières démarches quand on est enceinte ? Pour vous aide ...

Bébé ne prend pas de poids, que faire ?

À la sortie de la maternité, les médecins recommandent de suivre le poids du bébé. Souvent, les parents gardent en tête que le nourrisson doit impérativement grossir de manière continue pour être en bonne santé. Et là, c’est l’angoisse qui s’installe ...

Rougeole, rubéole, roséole : quelles différences ?

Chez les enfants, les maladies éruptives ne manquent pas. Mais entre la rougeole, la roséole, la rubéole, et tous ces symptômes qui se ressemblent parfois… Pas facile d’y voir clair. Tour d’horizon de ces trois maladies.

visuel-cta-left
PediAct-family

Rejoignez la PediAct Family !

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucune actualités

visuel-cta-right
Acheter nos produits
Nous contacter