publié le: 21 septembre 2015
catégorie: Pneumologie

Comment gérer l’asthme de mon enfant à l’école ?

Votre enfant est asthmatique ? En cette période de rentrée des classes, beaucoup de parents se demandent comment ils vont bien pouvoir faire pour s’assurer que leur petit écolier asthmatique sera pris en charge correctement au sein de l’établissement scolaire. Sachez que des aides existent et qu’une bonne communication entre les parents et l’école permet de mieux adapter le quotidien des enfants.

Eviter les risques à l’école

Afin d’améliorer la vie des enfants asthmatiques à l’école, L’Education Nationale a mis en place un “Projet d’Accueil Individualisé” (PAI) depuis 1993. Cela permet notamment à l’enseignant d’être apte à donner un médicament à l’enfant, par voie orale ou inhalée, lorsque les parents en font la demande. Celui-ci peut aussi intervenir si l’enfant fait une crise d’asthme. Pour le sport, votre tout-petit bénéficiera de conditions particulières à l’école. Les enfants asthmatiques ont besoin de pratiquer une activité sportive. Il n’est donc pas question de les en dispenser. En revanche, les efforts doivent être modérés et progressifs. Le professeur devra alors trouver des exercices adaptés à ses capacités. L’enfant peut par exemple faire de la natation, de la gymnastique, mais évitera peut-être les courses et l’endurance, du moins, il devra pratiquer toute activité sportive en douceur et à son rythme !

Par ailleurs, si l’enfant est allergique aux poils d’animaux ou aux plumes, il est important que le corps enseignant en soit informé afin que les professeurs n’amènent pas en classe des chats, des oiseaux ou des cochons d’inde… L’enseignant fera aussi en sorte que l’enfant allergique ne soit pas placé aux côtés d’un enfant possédant un animal domestique à la maison. A la maternelle par exemple, le personnel devra aussi faire attention à la literie et à la moquette, aux poussières… Et dans tous les cas, les pièces devront être aérées régulièrement.

Et à la cantine ?

Certains enfants asthmatiques présentent aussi des allergies alimentaires, notamment en raison du lait de vache, des cacahuètes, des oeufs… Le Projet d’Accueil Individualisé permettra ainsi d’adapter les repas aux intolérances de l’enfant, pour plus de sécurité à l’école.

Comment bénéficier du Projet d’Accueil Individualisé ?

Si votre enfant est asthmatique, commencez par en informer l’instituteur ou le professeur, et demandez à votre médecin ou votre pédiatre une ordonnance sur laquelle est prescrit le traitement quotidien. Elle permettra d’informer le corps enseignant des doses à administrer, des horaires et des produits nécessaires pour l’enfant. Il est indispensable que les enseignants respectent précisément la prise de ce traitement au jour le jour car il évitera les éventuelles crises d’asthme en classe. A l’école, l’enfant doit généralement inhaler des bouffées d’aérosols de manière régulière et en cas de crise. C’est à la maison que les parents lui donneront les médicaments, en comprimés ou en sirop ainsi que les suppositoires, s’ils sont prescrits par le médecin.

Une autre ordonnance est nécessaire afin d’avertir les personnes de l’établissement scolaire en cas d’urgence. Cette ordonnance doit alors préciser les gestes à faire, les médicaments à donner à l’enfant et les précautions à prendre pour bien réagir en cas de besoin. Le personnel de l’école devra ainsi tout mettre en oeuvre pour que le traitement soit administré en attendant l’arrivée des secours. Par ailleurs, pour respecter le secret médical, ces ordonnances sont envoyées au médecin de l’éducation nationale. Enfin, les parents ont la responsabilité de toujours veiller à ce que l’enfant ait toujours un bronchodilatateur sur lui, afin qu’il puisse l’inhaler en cas de besoin et en toutes circonstances.

 

Une bonne prise en charge à l’école permet ainsi à l’enfant de vivre sa scolarité normalement, comme tous les autres écoliers, et par conséquent, on constate une diminution de l’absentéisme, et donc des résultats scolaires satisfaisants.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.