L’action du microbiote intestinal (ou flore intestinale) est considérable. Il agit à la fois sur notre système digestif, mais aussi sur notre système immunitaire. Indispensable pour préserver notre santé et éloigner toutes bactéries potentiellement pathogènes, le microbiote intestinal de l’enfant est proche de celui de l’adulte vers l’âge de 2-3 ans. Comment se développe-t-il chez le tout-petit ?

L’importance de la période néonatale

Durant la grossesse, le tube digestif du fœtus est totalement stérile. Il est vierge de toute bactérie. Ce n’est que pendant les premiers instants de sa vie extra-utérine qu’il se colonise de microbes. 24 à 48 heures après sa naissance, les entérobactéries sont les premières bactéries à envahir le tube digestif du nouveau-né.

Petit à petit, au fil des jours, la flore intestinale s’implante dans l’organisme du nourrisson. À la fin de sa première semaine de vie, son microbiote intestinal devient de plus en plus complexe et est composé de milliards de bactéries.

Lorsque l’accouchement a lieu par voie basse, cette invasion bactérienne provient en partie de la composition de la flore vaginale et fécale maternelle. Par contre, un accouchement par césarienne perturbe et retarde ce mécanisme naturel. Extrait du placenta, le nouveau-né n’a aucun contact avec la flore de sa mère et reçoit alors la microflore de l’air environnant hospitalier. Le microbiote intestinal du tout-petit peut être fragilisé et plus lent à se former.

Le développement du microbiote

Au moment du sevrage, des aliments autres que le lait sont introduits dans le régime alimentaire du tout-petit. L’ingestion d’aliments solides apporte des changements au niveau de la composition du microbiote. Il augmente à la fois en richesse et en diversité pour devenir progressivement similaire à celui de l’adulte.

La prise de médicaments influence-t-elle l’équilibre du microbiote de l’enfant ?

La flore intestinale du tout-petit peut être perturbée par la prise de certains médicaments. C’est notamment le cas des antibiotiques qui changent la composition de la population bactérienne. Des bactéries pathogènes produisent des toxines amenant l’enfant à souffrir de troubles digestifs parfois douloureux (diarrhées, constipation, coliques, etc.).

Dès sa naissance, le microbiote intestinal de l’enfant commence à se développer. Très vite, des milliards de bactéries colonisent son tube digestif. Vers l’âge de 2-3 ans, il atteint un niveau de population équivalent à celui d’un adulte. Son microbiote prend alors sa forme finale et, s’il peut parfois être modifié par des traitements médicamenteux, son altération n’est que temporaire.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.