publié le: 23 décembre 2015
catégorie: Pneumologie

Quel est le rôle de l’école dans l’encadrement des enfants aux problèmes respiratoires ?

Enfant qui respire grâce à une chambre d'inhalation

Près de 10% des petits écoliers sont asthmatiques. Comment réagir en cas de crise à l’école ? Que faut-il savoir sur la prise en charge des enfants ayant des problèmes respiratoires au sein de l’établissement scolaire ? Nos conseils pour prévenir les risques et être rassurés.

Avertir l’école

Si votre enfant est asthmatique, comme près de 10% des petits écoliers, il est indispensable de prévenir les responsables de l’établissement scolaire afin de s’assurer que son traitement pourra être administré en toute sécurité et que le personnel scolaire pourra réagir en cas de besoin.

Chaque début d’année, ou dès lors que vous apprenez que votre enfant est asthmatique, commencez par prévenir le professeur principal ou l’instituteur, qui pourra suivre votre enfant au quotidien.

Le responsable de l’établissement scolaire ainsi que votre médecin doivent pouvoir faire le lien et être informés de l’état de santé de votre tout-petit. A l’école primaire, l’ordonnance ainsi que le traitement adapté doivent être mis à disposition de l’enseignant. Pour les élèves scolarisés dans le secondaire, c’est auprès de l’infirmière que les documents doivent être adressés.

Qu’est-ce que le Projet d’Accueil Individualisé (PAI) ?

Afin de mieux accueillir les enfants asthmatiques qui présentent des problèmes respiratoires en milieux scolaires, l’Education nationale a mis en place un Projet d’Accueil Individualisé. Il est indispensable pour permettre au personnel d’agir en cas d’urgence et administrer, si besoin, les médicaments par voie orale ou par voie inhalée.

Comment l’obtenir pour son enfant asthmatique ?

Il suffit pour les parents d’en faire la demande auprès du directeur de l’établissement, ce qui permet à l’enfant de vivre “normalement” avec tous les autres camarades de classe, et notamment de participer, à son rythme, aux différentes activités scolaires et sportives.

Pour cela, les parents doivent présenter une attestation médicale établie par le médecin traitant, précisant que l’enfant est asthmatique. Elle doit également contenir toutes les informations essentielles pour qu’il soit au mieux traité au quotidien.

Comment l’enfant est-il pris en charge et qu’est-ce que cela implique ?

Les enseignants ayant pris connaissance de l’état de santé de l’enfant, auront donc la responsabilité de celui-ci et pourront mieux s’adapter à ses besoins, en évitant par exemple de le placer à côté d’un élève possédant un animal de compagnie à son domicile, en évitant d’apporter des hamsters ou des perroquets en classe, ou en prenant garde à ne pas trop exposer les tout-petits à la moquette en maternelle s’ils sont allergiques.

Mais la prise en charge des enfants asthmatiques, dont certains présentent aussi des allergies alimentaires, est aussi prise en compte au sein des cantines scolaires. Un régime alimentaire adapté devra alors être proposé à l’enfant.

 

De manière générale, une réunion est organisée avec le médecin scolaire, le directeur de l’établissement, les parents, et l’équipe éducative. L’infirmerie et l’équipe médicale de l’établissement scolaire veilleront de leur côté à ce que le traitement soit bien pris par l’enfant afin d’éviter les éventuelles crises d’asthme. En dehors de la maison, le personnel médical pourra notamment proposer des bouffées d’aérosols à inhaler en cas de crise d’asthme.

Par ailleurs, dans le cas ou l’enfant ne prendrait pas correctement son traitement et quelle que soit la situation, l’équipe médicale scolaire devra informer les parents de la santé de leur enfant et de l’évolution au quotidien : a-t-il bien pris son traitement ? A-t-il eu une crise d’asthme ? A-t-il fait beaucoup d’efforts et de sport ?…

Enfin, avant toute sortie scolaire, il est important de prévoir le traitement adéquat en fonction de l’endroit dans lequel se rend la classe. N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin traitant pour toute question.

 

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.