Le stress des enfants est souvent sous-estimé. La vie en société, qu’implique l’entrée à l’école, est parfois difficile à gérer pour eux. Ce lieu d’apprentissage devient alors anxiogène pour des enfants qui auront du mal à s’intégrer et à trouver leur place.

Très sensible au rejet et parfois sous pression quant aux résultats scolaires, les sources de stress à l’école sont nombreuses.

Le stress à l’école : les signes qui doivent alerter

Pris par leur quotidien et leurs préoccupations d’adultes, les parents passent parfois à côté de signes qui devraient les alerter sur la détresse de leur enfant.

Un sommeil perturbé par le stress de l’école

Les problèmes de sommeil peuvent traduire un mal-être. L’anxiété vécue en journée perturbe le sommeil de l’enfant. Il peut aussi avoir du mal à s’endormir, retardant l’heure du coucher. Certains épisodes de pipis au lit surgissent également dans ce contexte.

Un sentiment d’angoisse face à l’école

Le fait de vouloir retarder l’heure du départ pour l’école en simulant un mal au ventre, ou en vérifiant encore et encore le contenu de son cartable, sont des signes à prendre en compte. On observe en général un manque d’intérêt pour l’école et un discours assez négatif sur ce qui s’y passe.

Un changement de comportement de l’enfant

Si votre enfant est soudainement irritable, agité ou violent. Si vous observez une régression avec un enfant qui pleure pour un rien ou qui suce son pouce, il faut réagir. Attention, les comportements isolés  ne doivent pas forcément alerter. C’est lorsque l’attitude se modifie dans le temps, avec parfois aussi des enfants qui s’isolent et restent dans leur monde, qu’il faut s’inquiéter.

Identifier et comprendre la source du stress de mon enfant

Pour pouvoir aider son enfant il faut déjà comprendre ce qui se passe. Les enfants sont en général incapables d’exprimer ce sentiment de stress.

Il faut donc identifier les difficultés, mais aussi déterminer l’élément déclencheur : depuis quand est-il mal ? Il peut s’agir de moqueries de camarades, de problèmes avec un professeur ou de soucis d’intégration suite à un déménagement, par exemple. Il est parfois bon de parler avec d’autres parents afin de savoir si d’autres enfants sont face aux mêmes difficultés. Vous pouvez aussi vous rapprocher des associations de parents d’élèves qui pourront vous accompagner.

Il faut être empathique et tenter de se mettre à la place de l’enfant pour comprendre ce qu’il vit au quotidien. Lui permettre d’exprimer ce qu’il ressent marque le début de la solution.

Prendre en compte le problème de l’enfant pour l’aider

Il faut parfois simplement l’aider à exprimer ce qui ne va pas pour résoudre le problème et lui permettre d’être plus serein. Rester dans l’échange avec son enfant, s’intéresser à ce qu’il vit sans minimiser la source du stress. Il ne s’agit pas de mener un interrogatoire, mais plutôt de jouer la franchise en faisant parfois appel à vos souvenirs d’enfance pour dédramatiser et le rassurer.

Il peut avoir des craintes, ressentir de la pression face au système scolaire, mais il faut lui apprendre à gérer ses inquiétudes en parlant des difficultés rencontrées pour se soulager. Il doit savoir qu’il n’est pas seul. Les enfants ont aussi besoin de temps pour décompresser, flâner.

Il peut être conseillé de réduire le nombre d’activités, et de passer plus de temps avec lui afin de l’aider à traverser ces moments difficiles.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.