La puéricultrice (ou le puériculteur) est une infirmière, diplômée d’État, spécialisée dans les soins aux tout-petits. Elle a de nombreuses missions auprès des enfants, malades ou en bonne santé, et de leurs parents. Elle joue un rôle central dans la coordination des soins, dans l’éducation et dans la prévention. En France, au 1er janvier 2015, on recensait 19 074 puéricultrices et puériculteurs*.

Quel est le rôle exact d’une puéricultrice ?

Près de la moitié des puéricultrices exercent en milieu hospitalier ou en clinique. Les autres travaillent dans des structures d’accueil, telles que les services de protection infantile (PMI), crèches, haltes-garderies ou encore dans le secteur de la formation.

Selon l’endroit où la puéricultrice exerce, la nature de son travail diffère sensiblement.

  • À l’hôpital ou en clinique

Ses principales missions sont de soigner et d’informer. Dans le service de maternité, elle assure le premier examen médical du nouveau-né. Elle épaule les mères dans les premiers jours de vie de leur enfant. Elle établit leur régime alimentaire, aide la maman au moment de la toilette et lui prodigue des conseils (allaitement, bain, etc.).

Elle évolue également dans le service de pédiatrie ou de chirurgie infantile où elle réalise tous les soins infirmiers (perfusions, prises de sang, pansements, préparation aux interventions chirurgicales, surveillance post-opératoire, etc.). Elle est une interlocutrice privilégiée pour les parents. Elle va les guider et les accompagner pendant toute la durée d’hospitalisation de leur enfant. Très proche de ses petits patients, elle joue un rôle central au sein de l’équipe médicale qui entoure l’enfant lors de son séjour.

  • Dans une PMI

Ses missions sont essentiellement axées sur la prévention, la protection et l’éducation. La puéricultrice assure des consultations et des permanences. Elle veille à la santé des femmes enceintes, reçoit les mamans et leurs enfants, afin de s’assurer, par exemple, que le retour de la maternité se déroule au mieux. Elle travaille avec des médecins, des sages-femmes et des infirmiers.

Elle se déplace également au domicile des familles pour les informer et les prévenir des éventuels risques liés à la petite enfance.

  • Dans les crèches et haltes-garderies

Dans ces structures d’accueil, la puéricultrice encadre les assistantes maternelles, les auxiliaires puéricultrices et les éducatrices, tout en s’occupant des tout-petits présents. Elle élabore des projets pédagogiques tout en participant à la formation du personnel.

Elle est également habilitée à intervenir si elle décèle un problème de santé (comportement, retard de croissance, etc.) et à agir en cas d’urgence (soupçons de maltraitance, etc.).

Comment devenir puéricultrice ?

Après le Bac, il faut obtenir le diplôme d’État d’infirmier qui se prépare en 3 ans. Une fois en poche, l’étudiant(e) doit réussir un concours d’entrée en école de puériculture (on compte une trentaine d’établissements en France). La formation dure 1 an et comporte des enseignements théoriques, des travaux dirigés ainsi que des stages.

Il est à noter que les écoles de puériculture sont également accessibles aux titulaires d’un diplôme d’État de sage-femme.

Quelles sont les qualités requises pour devenir puéricultrice ?

Aimer travailler au contact des enfants est bien sûr une qualité essentielle. Prendre soin de nourrissons et de jeunes enfants exige beaucoup de patience et de pédagogie. Une puéricultrice est là pour les soigner, mais aussi pour les rassurer et les réconforter.

Elle est également un lien indispensable avec la famille du tout-petit. Être à l’écoute, gérer les appréhensions et les questions des parents, nécessite un sens de l’écoute et une très forte disponibilité. Elle est un maillon indispensable au bien-être de l’enfant.

Elle doit aussi être dotée d’un tempérament dynamique et résistant. Les responsabilités sont nombreuses et les horaires sont parfois très contraignants. Il faut savoir appréhender des situations délicates et parfois très éprouvantes (maladies graves, cas de maltraitance, etc.).

Quel que soit le choix du lieu d’exercice, devenir puéricultrice est une réelle vocation. Professionnelle de la santé, l’infirmière ne s’oriente pas vers cette voie par hasard. Passionnée par le monde de la petite enfance, elle désire avant tout assurer la qualité des soins pour les tout-petits et la sécurité pour leurs familles.

 

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

Sources : Drees – avril 2015 (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).