Rares sont les enfants qui échappent cette maladie infectieuse et contagieuse qui survient généralement avant l’âge de 10 ans. Fièvre, éruption cutanée et démangeaisons sont les principaux symptômes de la varicelle. Savoir réagir en cas de varicelle chez votre tout-petit permet de le soulager mais aussi d’éviter les complications, notamment les risques d’infections ou de cicatrices.

 

Mon enfant a la varicelle : que faire ?

Au départ, des boutons rouges apparaissent avant de laisser place à des vésicules semblables à des cloques, remplies de liquide, particulièrement contagieux. Les boutons localisés sur le cuir chevelu puis sur le crâne et le visage s’étendent ensuite au reste du corps. Cette maladie due à un virus est plutôt bénigne chez l’enfant, mais principalement dérangeante puisqu’elle entraîne des démangeaisons difficilement supportables pour l’enfant. La varicelle peut aussi entraîner une fièvre plus ou moins modérée. Si vous repérez ces symptômes, commencez par consulter votre pédiatre ou votre médecin généraliste qui vous prescrira un traitement pour soulager votre enfant. Rappelons que si votre enfant a de la fièvre, il est recommandé de lui administrer du paracétamol et en aucun cas d’aspirine, compte tenu des risques cutanés graves observés notamment sur des enfants américains ayant pris de l’aspirine alors qu’ils avaient la varicelle.

 

Empêchez votre enfant de se gratter

Dans un second temps, veillez à surveiller l’évolution de ses vésicules. En effet, c’est en se grattant que le risque de cicatrices, ou de surinfection est le plus élevé, surtout si votre enfant a les ongles ou les mains sales. Au bout de quelque temps, les vésicules s’assèchent laissant place à des croûtes, et il est tentant pour un tout-petit de les gratter, voire de les arracher. Pourtant, ces croûtes tombent d’elles-mêmes en l’espace de dix jours environ. L’astuce : lui couper les ongles et lui mettre des moufles ou des gants pendant la nuit sans oublier de le surveiller pour ne pas qu’il se gratte la journée. Pour cela, des solutions existent pour l’apaiser…

 

Comment soulager ses démangeaisons ?

Des règles d’hygiène simples permettent de soulager votre enfant en cas de varicelle. Apprenez-lui à se laver les mains régulièrement et proposez-lui des bains, qui permettront aussi de faire tomber la fièvre, tout en désinfectant ses vésicules avec une solution antiseptique à la sortie du bain. Veillez à bien sécher ses boutons, en tapotant avec une serviette afin de ne pas l’irriter, puis choisissez des vêtements et pyjamas en coton et assez larges afin de protéger sa peau.

 

Pour soulager votre enfant efficacement contre les douleurs et les démangeaisons liées à la varicelle, vous pouvez également utiliser des produits conçus spécialement pour les tout-petits. Comme la mousse rafraîchissante PoxClin, du laboratoire PediAct, qui permet, en plus d’apaiser les enfants, de prévenir les risques de surinfection cutanée. Elle apporte en effet un rafraîchissement immédiat pour soulager les démangeaisons. Vous pouvez même la conserver au réfrigérateur pendant la durée de la varicelle, pour un effet encore plus efficace. Un bon moyen de diminuer l’envie de se gratter et ainsi réduire les risques de cicatrices qui peuvent être définitives. De plus, la mousse PoxClin, facile d’utilisation, contient un principe actif dérivé de l’Aloe Vera (le complexe 2QR) qui permet de bloquer les bactéries au niveau de la peau, et de favoriser la guérison des enfants.

 

Enfin, sachez qu’un enfant est contagieux un à deux jours avant l’apparition des premiers symptômes. Le temps d’incubation est ensuite de deux semaines environ. Durant cette période, évitez que votre enfant n’approche ses frères et soeurs, ou d’autres enfants. Pas d’école ni de crèche donc, pendant que votre tout-petit a la varicelle. Expliquez-lui que cela ne durera que quelque temps, pendant lequel vous allez pouvoir rester à ses côtés, à la maison. Prévoyez alors des idées de jeux et d’activités pour l’occuper. Coloriages, jeux et lectures… sont à mettre de côté pour ne pas qu’il s’ennuie. Le repos est aussi de mise : veillez à ce que votre enfant dorme suffisamment. En cas de doute ou de surinfection, ou si la fièvre est trop élevée, consultez votre médecin.

 

Nouveau call-to-action

Alice du Laboratoire PediAct

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.