publié le: 20 mars 2014
catégorie: Dermatologie

La varicelle de l’enfant : pas si banale !

varicelle de l'enfant

Considérée comme étant LA maladie caractéristique des plus petits, la varicelle est extrêmement contagieuse. Le plus souvent bénigne, il arrive qu’elle soit à l’origine de complications et on parle même d’une trentaine de décès par an ! Il suffit qu’un seul enfant à la crèche en soit atteint pour que l’infection se répande comme un feu de forêt chez tous ses petits camarades. La plupart des enfants passeront cette étape sans encombre mais certaines populations doivent vraiment être suivies de près comme les femmes enceintes, les sujets immunodéprimés et les nourrissons.

La varicelle de l’enfant : le passage obligé !

« Ca y est, notre petit a la varicelle !». Cette phrase, presque lancée avec un air soulagé, voire triomphant, beaucoup de parents l’ont déjà prononcée. Quelques boutons disgracieux, un peu de fièvre, une peau qui gratouille, ça n’est en effet pas bien méchant ! La varicelle a la réputation d’être un passage presque obligé dans la vie d’un enfant. En effet, le risque d’être infecté par la varicelle au cours d’une vie est extrêmement élevé (environ 95% avant l’âge de 20 ans) et comme il s’agit d’un virus, l’enfant sera ensuite immunisé contre la maladie. Plus rare chez l’adulte, la varicelle entraîne des complications par contre plus fréquentes sur le plan pulmonaire et neurologique, qui peuvent avoir des conséquences assez graves. Les femmes enceintes n’ayant pas contracté la varicelle pendant leur enfance doivent être suivies car le foetus souffrirait largement d’une exposition au virus qui pourrait engendrer de graves malformations. De là à provoquer la maladie chez son enfant afin d’en être débarrassé une bonne fois pour toutes, il n’y a qu’un pas que certains parents franchissent allègrement, notamment aux Etats-Unis… où les « soirées varicelles » sont monnaies courantes ! Le principe ? Inviter les petits amis d’un enfant infecté à un goûter afin qu’ils se « partagent » la maladie ! La plupart des médecins français ne sont pas tout à fait d’accord avec cette pratique et vous diront certainement qu’il vaut mieux laisser faire la nature.

 

Les signes annonciateurs peu spécifiques de la varicelle

La varicelle est une maladie causée par le VZV (virus Varicelle-Zona) qui a la particularité d’être très contagieux. Elle se transmet en effet de différentes manières : par les voies respiratoires, par des gouttelettes de salive ou par contact direct avec les lésions cutanées. Il suffit qu’un petit camarade tousse, éternue ou joue simplement avec votre enfant pour que celui-ci soit infecté à son tour. Les boutons caractéristiques de cette maladie ne tarderont pas alors à couvrir tout son corps. Mais attention ! Votre tout petit est déjà contagieux deux jours avant l’apparition des premières lésions et risque de contaminer d’autres membres de la famille, soyez donc vigilant si vous voyez apparaître d’autres symptômes moins évidents mais qui accompagnent également une varicelle, tels :

  • Une poussée de fièvre
  • Un écoulement nasal
  • Des maux de tête, de gorge et au niveau des articulations
  • Des signes de fatigue

Difficile donc de reconnaître les signes annonciateurs de la varicelle qui sont des symptômes banals…

 

Quels sont les gestes utiles pour soulager un enfant atteint de varicelle ? 

Le plus souvent bénigne chez l’enfant, la varicelle reste une maladie à part entière et mérite donc la même attention qu’une autre infection. Et ce d’autant plus qu’elle est assez dérangeante pour le jeune enfant à cause des démangeaisons qu’elle occasionne. Les principales complications sont alors des infections des plaies ou des problèmes pulmonaires qui peuvent survenir chez l’enfant ou l’adulte. Quelques conseils à ce sujet :

  • Donnez à votre enfant des bains d’eau tiède qui auront pour but de contrôler la fièvre, mais aussi de nettoyer ses lésions cutanées. Utilisez un savon doux et séchez-le soigneusement sans le frotter ;
  • Utilisez un antiseptique local pour désinfecter ses plaies ;
  • Donnez-lui régulièrement à boire ;
  • Veillez à bien lui couper ses ongles pour éviter qu’il se gratte et aggrave l’infection de ses lésions cutanées ;
  • Encouragez votre enfant à ne pas gratter ses plaies pour éviter la survenue de cicatrices ;
  •  L’aspirine est absolument à proscrire en cas de varicelle (risques infimes mais graves de complications)! Le paracétamol est la meilleure solution pour faire baisser la fièvre.
  • Le Laboratoire propose une mousse rafraichissante et apaisante qui apporte un soulagement immédiat et limite les envies de grattage ou les risques d’infection : La mousse PoxClin. 

Quid de la vaccination pour la varicelle chez l’enfant ?

Selon le Guide des vaccinations de l’INPES,  deux vaccins monovalents contre la varicelle sont actuellement disponibles : Varivax® et Varilrix®. Néanmoins, en France, la vaccination n’est pas encore recommandée en routine. Si vous avez des doutes sur les symptômes de votre enfant, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé.
[su_spacer size= »20″]
L’équipe du laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

 





téléchargez votre cahier de jeu pour occuper vos enfants avec la varicelle




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *