Faut-il laisser bébé pleurer ?

publié le: 8 décembre 2017

laisser bébé pleurer

Un bébé s’exprime à l’aide de pleurs, c’est son principal moyen de communication au cours des premiers mois de son existence. Cette réaction est normale, même si elle semble difficile à comprendre pour les parents.

Entre l’âge de deux à cinq mois, il arrive qu’un bébé pleure jusqu’à deux à trois heures par jour, simplement pour exprimer la faim, une couche sale ou un besoin de câlin. A cet instant, beaucoup de parents se posent cette fameuse question : doit-on céder à tous les pleurs d’un bébé ou le laisser ?

Pourquoi un bébé pleure ?

Un bébé peut avoir recours aux pleurs pour de nombreuses causes.

La faim ou la soif

Un bébé aura tendance à se calmer lors de l’allaitement ou en recevant le biberon. Aussitôt après avoir terminé son repas, s’il pleure, il tente sans doute de vous dire qu’il a encore faim ou qu’il souhaiterait continuer de téter.

Des problèmes digestifs

Les nourrissons peuvent éprouver de la constipation, de la diarrhée, avoir des problématiques de régurgitation, des coliques et même être aux prises avec des allergies alimentaires. Ces situations peuvent engendrer des pleurs, notamment après les repas. Si vous constatez que l’enfant ne s’arrête pas alors que vous lui proposez de téter à nouveau, il est recommandé de prendre rendez-vous avec un pédiatre.

Un besoin de sommeil

Souvent, lorsqu’un enfant ressent une grande fatigue, il se met à pleurer. Si cela fait plusieurs heures qu’il est éveillé, un bébé peut vous faire comprendre son envie de dormir de cette façon. Pour éviter qu’il se réveille rapidement, couchez-le sur le dos afin de lui assurer une bonne qualité de sommeil. N’oubliez pas de l’envelopper avec une gigoteuse à sa taille et de vous assurer que la température de la pièce demeure entre 18 et 20°C.

Une couche souillée

Un bébé pourrait se sentir inconfortable s’il a mouillé ou s’il a souillé sa couche. Cela pourrait aussi lui irriter la peau des fesses. Dans le cas où il pleure pour cette raison, il est important de le changer rapidement.

Une douleur

Il se peut que votre enfant souffre d’une fièvre, d’une poussée dentaire, de maux de têtes, d’otites, etc. Portez attention à ses pleurs pour vous assurer qu’il n’est pas malade. En cas de doute, consultez votre médecin traitant ou le pédiatre.

Un besoin d’affection

Parfois, le bébé a seulement envie d’un câlin ou de se blottir dans les bras d’un de ses parents. Certains enfants expriment ce besoin plus souvent que d’autres et c’est tout à fait normal. Il vous appartient de voir si le moment est propice à un instant de tendresse pour faire plaisir à votre bout de chou et commencer à tisser des liens.

Quand les pleurs deviennent excessifs

Il est rare qu’un nourrisson pleure « pour rien ». Nous entendons souvent des proches dire « laisse le pleurer 5 minutes, il va se calmer ». Mais est-ce une solution ? Une étude de l’université de Notre-Dame-du-Lac, dans l’état de l’Indiana (USA), démontre que laisser un bébé pleurer 5 ou 15 minutes avant d’aller le voir ne lui apprend rien. Il n’a pas cette notion du temps.

Durant les 6 premiers mois de sa vie, l’enfant a un grand besoin d’affection et de protection. D’ailleurs, l’impact des câlins reçus durant cette période est très bénéfique sur sa santé mentale. Ce geste en fera un adulte plus productif, généreux et heureux, toujours d’après l’étude américaine.

Il importe, pour les parents, de ne pas s’énerver et ne pas se laisser envahir par cette situation. Les pleurs signalent un besoin, mais aussi l’expression d’un mal-être. Si cela est passager la plupart du temps, il arrive que les cris dissimulent un problème de santé plus conséquent.

 

Dans ce cas, n’hésitez jamais à consulter un professionnel de la santé, si vous avez l’impression que les pleurs de votre enfant semblent différents ou s’ils demeurent incontrôlables. Un médecin pourra vous aider à calmer votre inquiétude et vous pourrez retrouver le plaisir, le bonheur et la quiétude d’être parents.

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.