La fin des couches, notamment la journée, c’est toujours un moment important pour nos petits, qui passent alors du bébé au jeune enfant. Grande étape, qui demande aux parents accompagnement et présence bienveillante pour que tout se passe au mieux.

Les aspects physiologiques de la propreté chez l’enfant

Pendant les premiers mois de sa vie, le bébé ne maîtrise pas les sphincters qui assureront plus tard la gestion de l’évacuation de l’urine et des selles. Il ne sait pas encore « se retenir ». Cet apprentissage se fait naturellement, au fil du temps. Les délais sont très variables, de 18 à 36 mois en général.

Souvent, la propreté de jour est acquise avant celle de nuit, puisqu’il peut aller plus facilement aux toilettes. De même, la propreté concernant les selles peut être plus tardive que celle concernant l’urine. Dans tous les cas, il est essentiel de guider l’enfant tout en respectant son rythme personnel, en évitant de trop lui mettre la pression. Surtout, il ne faut jamais humilier un petit qui aurait un accident.

Un accompagnement tout en douceur vers la propreté

L’acquisition de la propreté est souvent un sujet de stress pour les jeunes parents, notamment avec le premier enfant. En effet, c’est une condition obligatoire pour l’entrée en maternelle et certains petits ne sont pas forcément prêts à temps…

Pourtant, avec patience et douceur, vous pourrez aider efficacement votre enfant à devenir grand. Vous pouvez lui proposer des couches-culottes qu’il pourra enfiler et enlever lui-même, afin de favoriser son autonomie.

N’hésitez pas à le faire participer au choix de son pot et mettez-le lui à disposition facilement, plutôt vers les toilettes ou la salle de bain qu’au milieu du salon. Il y va régulièrement, mais trop tôt ou trop tard ? Ça n’est pas grave, il ou elle va peu à peu apprendre à reconnaître ses sensations et à se retenir­ le temps nécessaire.
Pensez également à lui offrir des sous-vêtements qui lui plairont et qu’il sera fier de porter !

Écouter et répondre aux questions des petits

Prenez le temps d’observer votre petit afin de reconnaître les signes montrant qu’il va faire ou a fait ses besoins. Certains n’aiment pas être souillés et vont rapidement vouloir être propres. D’autres vont s’inquiéter de savoir où part ce qui sort de leur corps. Il faut donc prendre le temps de leur raconter simplement d’où viennent le pipi et le caca. En répondant à ses questions, vous rassurerez l’enfant.

Si vous en avez plusieurs ou si votre bébé est gardé chez une assistante maternelle ou à la crèche, il aura l’occasion de voir les autres faire. Les petits sont également souvent très curieux de savoir comment cela se passe pour papa et maman. Expliquez-leur en toute simplicité. L’apprentissage par l’exemple est souvent très efficace.

Savoir s’adapter aux différences des enfants

Comme dans de nombreux domaines concernant les tout-petits, il est important de respecter le rythme de l’enfant tout en mettant un cadre en place. Il est ainsi déconseillé de le forcer à aller sur le pot à heure fixe, mais vous pouvez le lui proposer régulièrement. En effet, les enfants pris dans leurs jeux oublient facilement qu’ils ont envie de se soulager.

Si le petit comprend que l’enjeu est important pour les parents, il peut se braquer. C’est pourquoi, si vous sentez une résistance, vous pouvez faire une pause dans l’apprentissage. Vous verrez, dans de nombreux cas, que c’est l’enfant lui-même qui vous demandera d’arrêter la couche. Il suffit parfois d’un déclic : vouloir faire comme un copain, comprendre que les couches sont pour les bébés, etc.

Parfois, vous pouvez également vivre des épisodes de rechute : lorsque l’enfant est fatigué, en cas de changement de vie ou d’arrivée d’un autre bébé. Acceptez ces moments de régression, ils sont généralement temporaires.

Enfin, si vous rencontrez des problèmes importants avec l’apprentissage de la propreté chez votre enfant, parlez-en avec le pédiatre. Celui-ci cherchera une éventuelle cause extérieure (physique ou psychologique) et vous aidera à accompagner votre enfant dans cette grande aventure.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.