Les limites de l’automédication pour soigner votre enfant

publié le: 7 avril 2014

l'automédication chez l'enfant et le nourrisson

Un mal de gorge, une petite montée de fièvre ou un banal rhume affecte votre enfant ? Il semble parfois plus judicieux de ne pas se rendre chez le médecin pour des symptômes aussi bénins et se tourner vers l’automédication. Pourtant, derrière cette décision anodine, vous pourrez parfois exposer votre enfant ou votre bébé à un risque bien plus important. Afin d’éviter tout risque inutile, l’automédication bien que très utile dans certains cas doit rester bien encadrée, et il est toujours adéquat de demander conseil à un professionnel de santé lorsque votre enfant est souffrant ou que vous avez des doutes.
[su_spacer size=”30″]

Une mauvaise posologie et des dosages inadéquats chez l’enfant

Une étude menée par des chercheurs de l’université de Sydney publiée au cours d’une conférence de la Fédération internationale Pharmaceutique tire la sonnette d’alarme : certains médicaments contre la fièvre, la toux et les rhumes disponibles sans ordonnance représentent un danger pour les jeunes enfants à cause d’erreurs de manipulation et de surdosage de la part des parents. Ceux-ci seraient responsables d’un grand nombre d’appels aux centres antipoison et d’admission aux urgences. Il est alors toujours important de se rappeler que les traitements proposés aux enfants et nourrissons se doivent d’être efficaces, mais il est important qu’ils soient sûrs à manipuler s’ils sont délivrés sans ordonnance. Certains composés chimiques et principes actifs présents dans des médicaments sans ordonnance peuvent être dangereux s’ils sont surdosés ! Cette étude, qui a porté sur 97 parents d’enfants entre 4 et 5 ans, a révélé que :

  • 44% des participants auraient administré une dose incorrecte d’un médicament en réponse à un symptôme observé ;
  • 15% auraient administré un médicament sans prendre la peine de vérifier la température au préalable… ;
  • … et 55% lorsque celle-ci était inférieure à 38 degrés
  • Le paracétamol était administré dans 61% des cas en l’absence de fièvre ;

Même s’il provient d’une étude australienne, le constat est plutôt frappant, n’est-ce pas ? Les chercheurs pensent que ce manque de précautions de la part des parents proviendrait d’une perception biaisée quant à la dangerosité des médicaments vendus sans ordonnance. De plus, administrer un médicament, surtout à une population plus vulnérable telle que les jeunes enfants, nécessite une lecture adéquate effectuée par un professionnel de la médecine. En cas de doute, mieux vaut donc bien lire les conditions d’utilisation du produit et contacter son pédiatre pour être bien conseillé sur les produits les plus sûrs à utiliser.
[su_spacer size=”30″]

Une nécessité de sensibiliser les parents aux risques

Une deuxième étude intéressante à ce sujet menée par le CHU de Toulouse avait pour but de dresser un état des lieux de l’automédication en France ainsi que l’attitude des parents envers leurs enfants. Ici aussi, les résultats sont très parlants :

  • La quasi-totalité des parents (96%) automédiquent leurs enfants, et ce très tôt (entre 6 mois et 2 ans) ;
  • 39% de ces parents pensent prendre des risques en le faisant ;
  • 55% des parents font des erreurs de posologie ou de dosage ;

[su_spacer size=”30″]

L’automédication, un phénomène à maîtriser

Le phénomène de l’automédication s’il est parfois adéquat et en phase avec les symptômes d’un enfant, peut s’avérer un réel problème qui préoccupe de plus en plus les professionnels de santé et qui fait l’objet de nombreuses études et conférences. Une sensibilisation des parents quant aux dangers pour les jeunes enfants est dès lors nécessaire afin d’éviter que ce genre de pratiques dangereuses ne mette en péril la santé des tout petits. Dans tous les cas, la prise de traitements chez l’enfant impose une vigilance particulière des parents et le recours à des traitements naturels dont l’innocuité aura été démontrée est une approche intéressante pour les symptômes légers, en accord avec les conseils des professionnels de santé.

[su_spacer size=”20″]
L’équipe du laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

 

[hs_action id=”3592″]

Sources : 
http://sante-guerir.notrefamille.com/sante-a-z/automedication-un-risque-pour-les-enfants-o56915.html
http://www.pharmaciengiphar.com/medicaments/risques-medicaments/automedication-ne-mettez-pas-vos-enfants-en-danger