L’hiver approche : comment faire en sorte que nos enfants restent actifs et en bonne santé ?

publié le: 17 novembre 2014

enfant hiver

Selon une étude de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et de l’Université de Bristol au Royaume-Uni, le passage à l’heure d’hiver diminuerait le temps d’activité physique des enfants de 15% à 20% par rapport aux journées d’été. Afin de maintenir une activité physique quotidienne et régulière, cette étude britannique menée auprès de 23.000 adolescents âgés de 16 ans préconise de ne pas toucher aux horloges. Ne pas changer d’heure augmenterait ainsi de 33 à 35 minutes le temps de sport des jeunes et par conséquent, permettrait de lutter contre le surpoids et l’obésité infantile, bien qu’il ne s’agisse que de deux minutes supplémentaires par jour.

Des journées plus courtes

L’entrée de l’hiver ne donne pas forcément envie aux enfants de pratiquer une activité sportive. Contrairement à l’été, où le beau temps favorise l’envie de jouer dehors, de courir, ou de faire du vélo, les températures hivernales rendent plus difficile la pratique d’un sport en extérieur. De plus, les journées sont courtes, la nuit tombe très tôt…

Comment inciter les enfants à rester actifs en hiver ?

Attention à ne pas hiberner l’hiver ! Si votre enfant a pris l’habitude de bien bouger pendant l’été, il est essentiel pour sa santé de garder le rythme et de rester en forme. Si vous n’avez pas encore inscrit votre tout-petit à un sport individuel (gymnastique, danse, judo…) ou collectif (handball, basket…), renseignez-vous auprès des clubs proposant des activités près de chez vous. Il est important que votre enfant choisisse lui-même le sport qui l’attire le plus, car cela doit avant tout rester un plaisir et un divertissement.

Votre enfant n’est pas très attiré par le sport ? Ne le forcez pas ! Néanmoins, incitez-le à se dépenser d’une autre manière, à la maison ou avec ses copains. Le froid ne doit pas non plus l’empêcher de jouer à l’extérieur : couvrez-le bien (bottes, écharpe, pull, gants et manteau) et laissez-le s’amuser. Vous pouvez aussi organiser ensemble des balades en famille, dans un parc ou dans une forêt, à condition qu’il ne pleuve pas trop non plus. S’il neige cet hiver, profitez-en pour construire le plus gros bonhomme de neige, faire une bataille de boule de neige et jouer à chat !

Fixer des règles pour lui donner de bonnes habitudes est également essentiel pour l’aider à rester actif. En effet, il est important de restreindre le temps passé à regarder la télévision, à jouer sur la console ou sur la tablette comme ce peut être le cas pour de nombreux enfants, et d’autant plus en hiver ! Prévenez-le qu’il peut rester devant l’écran une demi-heure, mais qu’ensuite, vous éteignez tout. Cela l’incitera à faire une autre activité pour ne pas s’ennuyer.

Prévenir les maladies de l’hiver

Le changement de température, les intempéries et le froid sont autant de raisons pour redoubler de vigilance en hiver. Grippe, rhume, bronchite, angine… votre enfant a davantage de risques de tomber malade avec tous les virus qui traînent.

Pour anticiper l’hiver, certains traitements homéopathiques peuvent être efficaces pour améliorer le système immunitaire de votre enfant (renseignez-vous auprès de votre pédiatre). Par ailleurs, respecter quelques règles d’hygiène est indispensable tout au long de la saison. Lavez-vous régulièrement les mains afin d’éviter les contaminations ; ne laissez pas les personnes enrhumées ou malades s’approcher de votre bébé ; prenez l’air régulièrement avec votre tout-petit, et de la même manière, aérez les pièces de la maison une demi-heure par jour, même s’il fait froid : vous chasserez ainsi les microbes et les bactéries. Si vous sortez avec votre enfant, habillez-le chaudement, et n’oubliez pas de le découvrir en rentrant chez vous…

Enfin, garder votre enfant en bonne santé en hiver passe aussi par un bon sommeil et une alimentation équilibrée, riche en fer et en vitamine C.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.