publié le: 23 mars 2016

Mieux faire vivre à bébé la transition entre l’allaitement maternel et le biberon

Comment assurer la transition entre l'allaitement et le biberon

L’Organisation Mondiale de la Santé recommande aux jeunes mamans de nourrir leur bébé exclusivement au sein durant les six premiers mois de la vie. Néanmoins, la majorité d’entre elles allaitent jusqu’à 3 mois environ, notamment lorsqu’elles reprennent le travail. Mais passer du sein au biberon n’est pas toujours facile. Pour que le sevrage se passe au mieux, voici quelques conseils.

Sevrer bébé au bon moment

Il est indispensable de se sentir prête avant de sevrer son bébé, ou du moins de s’y préparer si vous reprenez le travail. Vous pouvez aussi tirer votre lait et préparer des biberons pour votre enfant si vous ne vous souhaitez prolonger l’allaitement. Choisissez donc la date qui vous conviendra le mieux pour débuter le sevrage. Dans tous les cas, allez-y en douceur et comptez environ un mois. Commencez par exemple par supprimer une tétée par semaine, et adaptez les quantités en fonction de votre bébé. Si vous estimez que vous pouvez en faire davantage, supprimez une tétée de l’après-midi, puis celle de fin de matinée, et peu à peu, la tétée du soir, du midi et du matin. Au fur et à mesure, évitez de trop tirer votre lait car cela stimulerait la sécrétion. En cas de douleurs liées aux tensions au niveau des seins, n’hésitez pas à masser votre poitrine à l’eau chaude ou à porter des coussinets afin d’éviter les débordements durant la journée.

Un sevrage en douceur

Eviter de changer ses habitudes brusquement, donnez-lui le biberon de la même manière que lorsque vous lui donniez le sein : confortablement installé, en lui parlant et en le câlinant. Privilégiez les endroits au calme et si besoin, utilisez un coussin d’allaitement. Ce moment de partage qu’est l’allaitement doit continuer avec le biberon, pour un sevrage en douceur.

Un biberon adapté à bébé

Qu’il s’agisse de la forme ou des quantités de lait infantile, le biberon qui remplace la tétée doit être adapté à l’âge et au poids du nouveau-né. Demandez conseil à votre pédiatre pour le choix du lait infantile et vérifiez les recommandations qui figurent sur les boîtes. Si vous avez l’impression qu’il s’étouffe en buvant son biberon, ou au contraire qu’il s’endort sans avoir bu la quantité suffisante, c’est peut-être que la tétine n’est pas à la bonne vitesse pour votre enfant. Par ailleurs, il est probable qu’il pleure davantage ou qu’il refuse de boire son biberon, voire même qu’il tente de téter vos seins. Peut-être a-t-il besoin d’être tout simplement rassuré, ou que le modèle de tétine ne lui convient pas. Il est indispensable de garder patience et de persévérer en adaptant au mieux son biberon, son lait infantile ou sa tétine, jusqu’à ce que votre tout-petit en soit satisfait. Dites-vous aussi qu’un enfant ne se laissera pas mourir de faim, et que si cela prend du temps, il finira par s’habituer…

Que faire si mon enfant refuse le biberon ?

N’hésitez pas à faire intervenir le père ou les grands-parents qui pourraient prendre le relai et donner à leur tour le biberon à votre bébé. En effet, lorsque la maman lui donne le biberon, l’enfant reconnaît son odeur, et aurait tendance à tourner sa tête vers le sein de sa mère pour téter. De plus, si votre enfant rechigne à boire son lait, commencez par lui proposer votre lait maternel à boire au biberon. Enfin, vérifiez que la tétine soit bien remplie de lait lorsque vous lui donnez le repas afin d’éviter que votre bébé avale trop d’air.

Alice du Laboratoire PediAct
NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l’aliment idéal de chaque nourrisson. En cas d’utilisation d’une formule infantile, ou quand la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical.