publié le: 1 avril 2016

Obstruction nasale persistante chez le nourrisson, quand dois-je consulter un médecin ?

Solution pour obstruction nasale de l'enfant

L’obstruction nasale est courante chez le nourrisson. Saviez-vous que, jusqu’à l’âge d’environ 3 mois, bébé ne respire que par le nez ? Cet organe tient une place centrale dans sa respiration qu’il est primordial de ne pas négliger. L’hygiène nasale est essentielle au bien-être du tout-petit, notamment en cas d’affections hivernales où la muqueuse tapissant son nez est particulièrement malmenée.

Une obstruction nasale persistante ne doit pas être prise à la légère : dans certains cas, elle peut provoquer une détresse respiratoire plus ou moins importante.

Qu’est-ce qu’une obstruction nasale persistante ?

L’obstruction nasale est une gêne à l’écoulement de l’air dans les fosses nasales. Le nez est bouché et sa muqueuse ne peut plus agir correctement : elle ne protège plus les organes de la sphère ORL, c’est-à-dire les bronches, les oreilles, le pharynx et le rhino-pharynx.

Si avec la croissance la respiration buccale du nourrisson va être possible, un encombrement sévère et répétitif peut se révéler problématique tant qu’elle est nasale. Le mauvais passage du flux aérien au travers de ses petites narines perturbe sa respiration dont le système est encore immature.

Quelles sont les causes d’une obstruction nasale persistante ?

L’obstruction du nez est courante chez le nourrisson, d’autant plus qu’il ne sait pas encore évacuer les sécrétions nasales en se mouchant seul. Généralement bénigne, l’obstruction peut se révéler préoccupante si elle persiste plusieurs jours. Elle peut être due à :

  • Une mauvaise hygiène nasale

Une mauvaise hygiène nasale en est souvent à l’origine. Bébé respirant exclusivement par le nez, un lavage soigneux est essentiel pour enlever toutes les impuretés qu’il ne peut dégager seul. Ce geste quotidien permet de diminuer les risques de maladies infectieuses, comme les rhumes et rhinites allergiques, et de limiter l’exposition du tout-petit à des menaces de surinfection.

  • Une infection virale

Les rhumes et rhinites allergiques sont fréquents chez l’enfant. Sans danger, ils occasionnent néanmoins une obstruction nasale pouvant provoquer une gêne respiratoire importante.

  • Une pathologie malformative

L’atrésie choanale est une malformation congénitale rare provoquant une obstruction du canal nasal par des os ou des tissus mous. Elle peut être unilatérale (le nouveau-né ne peut respirer que par le côté qui n’est pas bloqué) ou bilatérale (l’obstruction est complète).

Mais les plus fréquentes causes de l’obstruction nasale chez le nourrisson sont généralement d’origine virale. Pour le soulager lors d’épisodes de rhumes ou de rhinites et assurer son hygiène nasale, LinfoVir® Plus en gouttes nasales peut aider à éliminer le mucus résiduel et faciliter sa respiration.

Quels sont les symptômes d’une obstruction nasale persistante ?

Lorsqu’elle persiste, l’obstruction nasale est une source d’inquiétude pour les parents. Elle est un motif fréquent de consultation chez le pédiatre, le médecin ou l’ORL, afin de s’assurer du bon état de santé de l’enfant. L’anatomie particulière du pharyngo-larynx du nourrisson la rend particulièrement sensible à une détresse respiratoire à laquelle il faut être très vigilant. Certains signes sont symptomatiques d’une obstruction nasale nécessitant une consultation médicale :

  • Des difficultés à s’alimenter
  • Une perte de poids
  • Un sommeil de moins bonne qualité
  • Une respiration entraînant un ronflement
  • Une sécheresse buccale
  • Des pleurs plus fréquents

Après un interrogatoire et un examen clinique, le médecin pose un diagnostic et prescrit un traitement médical s’il l’estime nécessaire. Si ce dernier n’est pas efficace ou s’il s’agit d’un problème anatomique, par exemple une malformation, il peut proposer une intervention chirurgicale adaptée à la pathologie dont souffre le tout-petit.

 

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.