publié le: 2 novembre 2017

L’importance de la psychomotricité chez l’enfant

psychomotricité chez l'enfant

Approche globale de la personne, la psychomotricité affirme que les fonctions motrices de l’enfant et son état psychique, relationnel et affectif sont étroitement liés. Reflet de la maturation du système nerveux, le développement psychomoteur s’effectue généralement entre 2 et 6 ans. Pour assurer un déploiement optimal de ses fonctions psychomotrices, un enfant peut être stimulé au quotidien.

 

La psychomotricité dans le développement global

La psychomotricité considère l’enfant dans sa globalité. Elle prend en compte la motricité physique qui permet de se mouvoir, ainsi que la motricité fine représentée par les fonctions qui permettent de contrôler les mouvements.

La psychomotricité s’intéresse également à la socialisation de l’enfant, la relation qu’il entretient avec les autres, sa façon de communiquer verbalement, sa gestuelle et son comportement.

Le travail de psychomotricité s’effectue à l’aide d’activités de jeux, de coordination, d’équilibre, d’expression corporelle, etc.

Développer la psychomotricité chez l’enfant

Grâce à sa motricité, un enfant est en mesure de tenir un objet entre ses doigts, de dessiner, de bouger et d’effectuer tous les mouvements dont il a besoin dans sa vie quotidienne. Pour l’inviter à développer plus rapidement des gestes de précision, la pratique de certaines activités est la bienvenue.

Bricoler

Le bricolage, outre le développement de la motricité fine, permet également aux enfants de laisser libre cours à leur créativité, tout en faisant preuve de concentration. C’est une activité utile au développement global de l’enfant. N’hésitez pas à leur proposer plusieurs types de matériaux (mousse, tissu, papier, etc.) et à leur faire découvrir toutes les pratiques du bricolage : le collage, le découpage, l’assemblage, etc.

Apprendre à mettre le couvert

Cette activité permet à l’enfant d’appréhender les notions d’organisation et d’orientation spatiale. Petit à petit, il se souvient de l’emplacement de chaque couvert sur la table et commence lui aussi à organiser l’espace sur la table.

Se servir seul

Qu’il s’agisse d’un verre ou d’un plat, en se servant seul, l’enfant apprend à contrôler sa coordination manuelle.

L’obliger à bouger

Lorsque votre enfant est capable de rester assis, sans être aidé, vous pouvez stimuler sa psychomotricité en plaçant un jouet un peu plus loin. Incitez-le à aller le chercher. En échange, vous jouerez quelques instants avec lui.

D’ailleurs, dès que l’enfant vous demande de lui apporter un objet, essayez de le convaincre de le prendre lui-même (dans la mesure où l’objet lui est accessible).

Proposer des activités aquatiques

On ne se déplace pas de la même façon dans l’eau, que sur la terre. Il est intéressant d’apprendre à votre bout de chou à nager le plus tôt possible. Vous pourrez ensuite lui proposer des exercices de natation et des jeux aquatiques pour maîtriser son habileté motrice dans un espace différent.

Comment reconnaitre d’éventuels troubles ?

En règle générale, le pédiatre vérifie le développement psychomoteur de l’enfant durant sa croissance.

Néanmoins, si les parents constatent que leur enfant ne parvient pas à tenir assis seul ni à maintenir sa tête droite ou qu’il éprouve des difficultés à marcher, ils doivent se tourner vers un psychomotricien.

Le psychomotricien intervient pour permettre aux enfants de prendre conscience de leur corps. De plus, il les aide également à le maîtriser et à le transformer en instrument pouvant communiquer et s’exprimer. L’objectif du psychomotricien vise à permettre à l’enfant d’entretenir une relation harmonieuse avec son corps.

Celui-ci va donc aider l’enfant à développer ses fonctions psychomotrices (orientation spatio-temporelle, coordination, perception, etc.), grâce à des exercices thérapeutiques. Au bout de plusieurs séances, l’enfant sera en harmonie avec son corps.

 

Jouez, bougez, marchez et courez avec votre enfant. Optez aussi pour des jeux ou activités de précision comme le bricolage, le coloriage ou le mikado. Vous stimulerez le fonctionnement de son système nerveux, de sa concentration et de ses fonctions psychomotrices.

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *