Le métier d’ergothérapeute n’est pas toujours connu du grand public, et pourtant les activités de ce praticien sont essentielles pour soulager les patients, petits et grands, souffrant d’un handicap et les aider à retrouver une autonomie nécessaire au quotidien. Analysons de plus près les principales activités, la formation, les qualités nécessaires au métier d’ergothérapeute, mais aussi comment ce praticien peut aider votre enfant.

Qu’est-ce que l’ergothérapie ?

Quel que soit l’âge, certains actes de la vie quotidienne, comme manger, se déplacer ou encore communiquer, peuvent s’avérer problématiques. Les bébés, les enfants et les adolescents souffrant d’un handicap moteur, sensoriel ou neuropsychologique ont besoin d’être pris en charge par un rééducateur afin d’acquérir ou de récupérer de l’autonomie dans leur vie de tous les jours. L’ergothérapie, véritable thérapie, joue ce rôle car elle est fondée sur l’apprentissage et la rééducation afin d’aider l’enfant à reprendre confiance en lui et le soutenir dans son développement.

Les principales activités d’un ergothérapeute

Sur prescription du médecin, l’ergothérapeute va s’appuyer sur des solutions pratiques et techniques de rééducation adaptées aux besoins de chacun de ses patients. Le but est de les aider à vivre le plus normalement possible avec leur handicap, tout en essayant de récupérer une certaine autonomie. L’ergothérapeute établit avec vous et votre enfant un bilan d’évaluation afin de préparer un programme d’intervention et vous proposer des solutions adaptées pour un meilleur développement de votre enfant à la maison, à la garderie ou à l’école.

Pour mener à bien sa mission, il met en place différentes approches afin de dresser un portrait juste de votre enfant en évaluant son fonctionnement sensoriel, sa motricité, ses facultés de perception et de cognition :

  • questionnaires et tests pour comprendre l’origine des difficultés de votre enfant,
  •  mises en situation d’activités du quotidien,
  •  jeux divers.

À la fin de l’évaluation, l’ergothérapeute propose aux parents un rapport d’évaluation écrit, c’est-à-dire un programme d’ergothérapie qui préconise des conseils, des activités à faire à la maison ou dans l’environnement scolaire et qui tient compte des besoins spécifiques de l’enfant. Il peut également vous proposer des solutions plus techniques comme, par exemple, la conception d’appareillages ou d’assistance technologique. En fonction des difficultés que rencontre votre enfant, il suggère un aménagement de son environnement pour le rendre plus accessible, sécurisé et confortable.

Les actes d’ergothérapie ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale. Sachez cependant que des aides de financement peuvent être obtenues par le biais de certaines mutuelles et caisses de retraite ou encore par la MDPH (Maison Départementales des Personnes Handicapées).

Comment devient-on ergothérapeute ?

L’ergothérapeute est titulaire d’un diplôme d’État qui se prépare soit après le Bac, soit après la PACES (la première année commune aux études de santé en faculté de médecine). L’entrée dans l’institut de formation se fait sur concours et dure trois ans.

La formation s’articule entre cours théoriques et stages pratiques et est validée par le diplôme d’État qui confère le grade de Licence.

Selon l’Observatoire National de la Démographie des Professions de Santé, l’ONPDS, au 1er janvier 2010, on comptait : « 7353 ergothérapeutes sur la France entière, dont 95 % de salariés, déclarant exercer leur activité principale soit en établissement d’hospitalisation public ou privé (64 %), soit en établissement social (24 %), principalement des établissements pour handicapés (18 %), et 5 % de libéraux exerçant en cabinet ».

Quelles sont les compétences et qualités nécessaires pour devenir ergothérapeute ?

Des qualités relationnelles avec les enfants et leur entourage sont indispensables : l’ergothérapeute est amené à collaborer étroitement avec eux afin de mener à bien sa mission. La patience et la persévérance sont des compétences nécessaires : l’ergothérapeute peut être confronté à de jeunes patients souffrant de déficiences importantes et il lui faudra établir des relations de confiance, parfois difficiles à obtenir, afin de les guider au mieux vers l’autonomie.

Ingénieux, l’ergothérapeute doit souvent faire preuve de créativité afin de concevoir des mécanismes et installations pour améliorer le cadre de vie de l’enfant. De même, son sens de l’observation lui permet d’analyser rapidement ses besoins.

Enfin, rappelons que l’ergothérapeute est aussi amené à travailler avec tous les publics (enfants, adultes et personnes âgées) et qu’il doit par conséquent posséder de fortes capacités d’adaptation afin de mettre en place un programme de rééducation adapté et personnalisé pour chaque patient.

Alice du Laboratoire Pediact

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.