On l’oublie souvent, mais les jouets peuvent représenter un danger pour les enfants. On pense d’abord à ceux qui peuvent les blesser, mais il faut également prendre garde aux substances nocives présentes en masse dans les composants. Avant d’offrir un jouet à votre enfant, il vaut donc mieux vous être assuré de sa non-dangerosité.

Quelles sont les précautions de base à prendre avant d’acheter un jouet ?

Commencez d’abord par choisir des jouets correspondant à la tranche d’âge de l’enfant : de nombreux jouets sont, par exemple, interdits aux bébés de moins de 36 mois en raison du risque d’ingestion de petits morceaux. Vérifiez aussi toujours leur solidité pour vous assurer qu’aucun morceau ne peut être arraché puis avalé ou blesser l’enfant. Mieux vaut également éviter tous les jouets composés de petites pièces ou de ficelles qui pourraient être cause d’étranglement, ainsi que ceux à bords tranchants.

Attention aux substances nocives contenues dans certains jouets

Même les jouets à l’apparence la plus inoffensive peuvent se révéler dangereux. C’est le cas par exemple des jouets gonflables. La plupart d’entre eux contiennent des phtalates, des composants chimiques qui influent de manière négative sur le système reproducteur de l’enfant. C’est pourquoi l’Union européenne les interdit depuis 1999 dans les jouets destinés aux enfants de moins de trois ans.

Autre substance nocive, le formaldéhyde est présent dans le vernis de certains jouets en bois. Or c’est un composé volatil qui a été classé en 2004 « cancérigène certain » par le CIRC (Centre international de Recherche sur le Cancer), organisme faisant partie de l’OMS.

Des parfums de synthèse sont utilisés dans certains jouets, soit pour cacher l’odeur des substances chimiques, soit afin d’aider les enfants à développer leurs sens. Mais ces parfums sont allergènes et peuvent causer des crises d’asthme, de la fièvre ou des dermatites.

Il faut également mentionner les jouets dont la peinture contient des métaux lourds (mercure, arsenic, plomb…), qui engendrent des cas de saturnisme, d’anémie ou d’encéphalopathie. 

Comment choisir des jouets sans danger

Pour être certain de ne faire courir aucun risque à vos enfants quand vous leur achetez des jouets, suivez quelques conseils de bon sens, prodigués par des associations de sécurité environnementale comme Women in Europe for a Common Future :

  • choisissez des jouets fabriqués avec des matériaux naturels ;
  • méfiez-vous des jouets en PVC (chlore et phtalates) et de ceux contenant du bois contreplaqué (formaldéhyde) ;
  • évitez les jouets parfumés (allergisants) ;
  • aérez pendant plusieurs heures les nouveaux jouets pour laisser les éventuels solvants s’évaporer.

Il existe en outre plusieurs labels et certifications. Soyez toutefois vigilants, car certains d’entre eux sont basés sur des critères peu stricts. Sachez enfin que le sigle CE n’est pas forcément gage de sécurité, puisque c’est le fabricant qui l’ajoute lui-même.

Il est donc important de se fier à des certifications délivrées par des organismes indépendants. Parmi les labels les plus dignes de confiance, on trouve notamment NF Environnement, la certification écologique officielle française. Si vous achetez un jouet en bois, vérifiez la présence de l’écolabel FSC, qui signale un objet conçu à partir de bois issu de forêts à gestion durable.

Concernant nos pays limitrophes, le label allemand Spiel Gut est décerné à des jouets qui ont été testés par des médecins, des techniciens, des psychologues, des pédagogues, ainsi que par des parents. Enfin, quand un jouet arbore le label GS, cela signifie que sa composition respecte les règles allemandes de sécurité.

Au final, quels sont les jouets réellement sans danger ?

Pour être certain de ne pas acheter par erreur un jouet dangereux, voici quelques recommandations à suivre pour chaque type de jouet :

  • jouets en bois : bois brut non traité et non verni, sans peinture toxique et résistant à la salive ;
  • poupées : en coton ou en tissu bio ;
  • doudous et peluches : en fibres naturelles ou bio (label Oeko-tex) ;
  • jouets en plastique : avec la mention « sans PVC » ou « sans phtalates » ;
  • jouets électroniques : jouets sans piles.

Vous pouvez également consulter régulièrement le site RAPEX, qui publie chaque semaine (en anglais) une liste des jouets à risques.

Alice du Laboratoire PediAct