Les croûtes de lait sont très fréquentes et bénignes chez les tout-petits. Elles préoccupent cependant de nombreux parents. Disgracieuses, elles font un peu penser aux pellicules capillaires. Si les croûtes de lait ne sont pas graves, elles nécessitent néanmoins une surveillance et des soins spécifiques. En effet, elles peuvent présenter un risque d’infection ou s’étendre.

Qu’est-ce qu’une croûte de lait ?

Également appelées dermites séborrhéiques, les croûtes de lait sont de petites plaques blanchâtres ou jaunâtres situées sur le cuir chevelu du nourrisson au niveau de la fontanelle. D’épaisseur variable, elles peuvent aussi se localiser sur le visage, essentiellement près des sourcils, mais aussi sur les fesses ou les replis cutanés. Elles ont un aspect plus ou moins gras, sont parfois associées à de petites rougeurs et adhèrent fortement à la peau.

Elles apparaissent généralement dès les premières semaines de vie de bébé et peuvent persister plusieurs mois. Mais rassurez-vous, elles n’ont aucun rapport avec une mauvaise hygiène et n’apportent pas d’inconfort ni de démangeaison au tout-petit.

Comment se forment les croûtes de lait ?

Les croûtes de lait sont dues à une sécrétion importante de sébum. Cette substance grasse protégeant la peau du dessèchement piège les cellules mortes à sa surface et les emprisonne. Les cellules sont alors agglomérées dans le sébum et de petites croûtes de lait se forment.

Elles peuvent aussi être provoquées par le développement excessif d’une variété de champignon (levure) habituellement présent sur la peau de l’enfant. Ce champignon, appelé Malassezia Futur, ayant besoin de sébum pour se développer, accélère le renouvellement des cellules de l’épiderme. Il entraine alors une réaction inflammatoire se manifestant par des croûtes de lait.

Cette sécrétion excessive de sébum est stimulée par les hormones androgènes produites par la maman en fin de grossesse. Dans les semaines qui suivent la naissance, leur présence persistante influe sur les sécrétions séborrhéiques des glandes sébacées. Au fil des semaines, ces hormones responsables de cette surproduction s’estompent et les croûtes de lait disparaissent.

Comment soigner les croûtes de lait naturellement ?

Avant toute chose, sachez qu’il ne faut surtout pas arracher les croûtes de lait de votre bébé avec les ongles. Vous risqueriez non seulement de lui faire mal, mais aussi de créer une plaie qui pourrait s’infecter.

Si les croûtes ne se résorbent pas d’elles-mêmes et gênent votre enfant, vous pouvez les traiter de façons naturelles :

  • Faites un nettoyage quotidien de son cuir chevelu à l’aide d’un shampooing doux et rincez-le abondamment.
  • Brossez délicatement ses cheveux avec une brosse souple pour détacher les croûtes.
  • Le soir, appliquez un corps gras (vaseline, huile d’olive ou liniment oléocalcaire) sur le scalp pour ramollir les croûtes. Laissez agir toute la nuit. Le lendemain, lavez la tête du tout-petit et brossez ses cheveux pour éliminer les squames.

Si ces gestes quotidiens ne suffisent pas et que les croûtes de lait perdurent au bout de quelques jours, voire plusieurs semaines, il est conseillé d’utiliser un soin d’hygiène spécifique permettant de réguler les sécrétions de la peau. Son action ciblée permet d’éliminer les croûtes de lait.

BabyBene® Gel, un soin naturel pour éliminer les croûtes de lait

BabyBene® Gel est un traitement proposé par le laboratoire PediAct pour soigner les croûtes de lait du nourrisson. Grâce à sa galénique unique et l’association de ses trois huiles végétales (huile d’olive, huile de jojoba et huile de macadamia), ce soin naturel respecte la peau délicate de bébé. BabyBene® est un gel nourrissant qui laisse la peau douce et hydratée, sans résidu gras.

Sa simplicité d’application (10 min de pose seulement) et de rinçage (eau tiède sans shampooing) offre un confort d’utilisation optimal. BabyBene® Gel est une solution naturelle pour une élimination des croûtes de lait tout en douceur.

Bien des parents sont déroutés lors de l’apparition de croûtes de lait, pourtant, sachez que de nombreux bébés y sont sujets et qu’elles ne laissent aucune séquelle au tout-petit.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.