publié le: 24 juin 2015
catégorie: Allergologie

Tout savoir sur la rhinite allergique de l’enfant

Comment dépister la rhinite allergique chez l’enfant ? Quels sont les symptômes et les traitements ? Comment soulager ces allergies respiratoires ? On fait le point… Plutôt rare avant l’âge de 5 ans, la rhinite allergique touche environ un tiers des enfants scolarisés et se développe davantage après la puberté.

On parle de « rhume des foins » ou de « rhinite saisonnière » lorsqu’elle est causée par le pollen des plantes, mais elle peut aussi être provoquée par d’autres substances telles que des moisissures ou des poils d’animaux, qui, lorsqu’elles entrent en contact avec les voies respiratoires ou les yeux, entraînent des réactions inflammatoires chez les personnes allergiques. Lorsque la rhinite allergique dure plus de 4 jours par semaine et se produit plus de 4 semaines par an, on parle alors de rhinite allergique persistante (ou apériodique). Elles sont considérées comme modérées, voire même sévères lorsque l’enfant a du mal à dormir la nuit ou qu’il n’a pas autant d’énergie que d’habitude notamment pendant les activités scolaires.

Quels sont les symptômes ?

La rhinite allergique se caractérise par des éternuements à répétition, des chatouillements dans les narines, le nez qui coule, une irritation des yeux et des larmoiements, mais aussi par des maux de gorge. Les enfants peuvent parfois avoir une altération du goût, de l’odorat et de l’acuité auditive, et lorsque la rhinite dure plusieurs jours, d’autres symptômes peuvent survenir tels que des insomnies, de l’irritabilité et de la fatigue.

Quels sont les facteurs qui favorisent les allergies respiratoires ?

Entre les mois de février et d’octobre, et en fonction du climat mais aussi de la localisation géographique, les rhinites allergiques sont plus virulentes. Les pollens peuvent ainsi persister plusieurs mois après le pic de fréquence, et ce, à l’intérieur même des maisons. Acariens, moisissures, pollution étant des facteurs plus importants pendant l’été, c’est par conséquent à cette période que les rhinites sont les plus fréquentes.

Que faire en cas de rhinite allergique ?

Si votre tout-petit présente les symptômes d’une rhinite allergique ou en cas de gêne respiratoire, consultez votre médecin ou un allergologue. Ainsi, il déterminera dans un premier temps, par des tests appropriés, d’où provient l’allergie de votre enfant. En cas de rhinite allergique, le spécialiste pourra alors effectuer une éviction allergénique ou une désensibilisation à l’allergène en question, dès l’âge de 5 ans. Il pourra aussi prescrire des antihistaminiques et des anti-inflammatoires pour le nez, afin de soulager l’enfant. Un diagnostic et un traitement adapté sont essentiels, notamment en cas de rhinite allergique persistante, afin d’aider l’enfant à améliorer son quotidien mais surtout pour éviter tout risque de développement de l’asthme.

En cas d’allergie aux pollens, quelques précautions sont nécessaires. Il est par exemple conseillé d’aérer les pièces de la maison régulièrement, de préférence entre 8h et 9h le matin. S’il y a un pic de pollinisation, pensez à protéger votre enfant avec un chapeau et des lunettes afin d’éviter les risques de conjonctivite, et lavez-lui les cheveux le soir, lorsqu’il rentre de l’école, afin d’éliminer le maximum de pollen. Evitez également de lui faire faire du sport ou de l’emmener à la piscine pour ne pas aggraver son état avec le chlore. Enfin, vous pouvez utiliser du sérum physiologique pour nettoyer son nez et ses yeux en cas d’irritations.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *