Varicelle : tout savoir sur cette maladie bénigne et passagère

publié le: 1 juillet 2016
catégorie: Dermatologie

Enfant qui a la varicelle

La varicelle est courante chez les enfants et plutôt bénigne. Elle survient souvent durant la petite enfance et les tout-petits en sont ensuite débarrassés, et immunisés jusqu’à l’âge adulte. Cette maladie éruptive causée par un virus est en revanche particulièrement contagieuse et provoque des démangeaisons difficilement supportables pour les tout-petits. Combien de temps dure la varicelle ? Comment la soigner et soulager l’enfant ? On fait le point pour tout savoir sur cette maladie passagère.

Combien de temps dure la varicelle ?

La varicelle est une maladie infectieuse fréquente durant l’enfance, causée par le virus varicelle zona. Mais elle ne dure pas bien longtemps et en général, les enfants qui ont la varicelle en sont immunisés par la suite, d’autant qu’elle peut être plus virulente à l’âge adulte. Elle est néanmoins particulièrement contagieuse et provoque de fortes démangeaisons qui peuvent entraîner des risques de cicatrices ou d’infections si l’enfant se gratte trop. Afin d’éviter la propagation de la varicelle, surtout si votre enfant est scolarisé, il faut compter environ quinze jours d’incubation.

Quels sont les symptômes de la varicelle ?

Au départ, l’enfant peut présenter une fièvre modérée, des maux de tête ou de ventre. Elle se caractérise principalement par une éruption cutanée qui survient un ou deux jours après ces premiers symptômes, sous forme de tâches roses qui se transformeront par la suite en vésicules. Ces dernières, remplies d’un liquide transparent, se dessècheront d’elles-mêmes sous 48 h environ pour devenir des croûtes, qui tomberont naturellement au bout d’une dizaine de jours en moyenne. Autre particularité de la varicelle : les démangeaisons très intenses et difficilement supportables pour les tout-petits. Les premiers jours, les éruptions cutanées apparaissent sur le thorax et le visage, avant de se répandre sur le reste du corps. Lorsque les croûtes commencent à tomber, c’est aussi le signe que l’enfant est en train de guérir et que la varicelle touche à sa fin.

Attention aux risques de cicatrices.

La varicelle est particulièrement dérangeante, tant l’enfant a envie de se gratter à tout instant. C’est à ce moment que les risques sont les plus importants. En effet, si l’enfant se gratte avec des ongles sales, il peut tout à fait développer des infections, ou des cicatrices qui peuvent perdurer à l’âge adulte. Pour éviter cela, il est conseillé de surveiller son enfant et l’inciter à ne pas se gratter, ni arracher ses croûtes, mais les laisser tomber naturellement. Veillez également à lui laver les mains régulièrement au savon, à lui faire porter des gants ou des moufles lorsqu’il dort et à ne pas le laisser approcher ses frères et soeurs ou ses petits camarades de classe.

Quel traitement pour le soulager ?

En cas de varicelle, consultez votre pédiatre qui pourra vérifier qu’aucune surinfection ne s’est développée. Etant donné qu’il s’agit d’une infection virale, il n’est pas nécessaire de prescrire des antibiotiques à l’enfant (excepté en cas de surinfection bactérienne). Pour soigner la varicelle, il faut donc avant tout traiter les symptômes pour soulager l’enfant. Votre médecin pourra par exemple prescrire un antiseptique à appliquer sur les lésions cutanées ou un antihistaminique destiné à diminuer les démangeaisons. Dans de telles situations, la mousse rafraîchissante PoxClin est recommandée afin d’aider à atténuer ces démangeaisons intenses. Elle apporte un apaisement lorsque l’enfant a l’envie de se gratter, et peut soulager les grattements et démangeaisons, et par conséquent atténuer aussi les risques de cicatrices. La mousse rafraîchissante évite enfin la prolifération des éventuelles bactéries pouvant causer des surinfections, grâce notamment à un principe actif dérivé de l’Aloe vera, le complexe 2QR. Un produit qui convient donc bien à tout enfant atteint de varicelle pour favoriser sa guérison et l’aider à mieux supporter cette maladie passagère.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

Nouveau call-to-action