publié le: 21 juillet 2017
catégorie: Bien-être

Accouchement par cesarienne

L’accouchement par césarienne est devenu, au fil des années, un acte très commun. Parfois justifié, souvent réalisé par convenance, il faut savoir ce mode d’accouchement n’est pas sans conséquence sur la santé d’un enfant. Cette méthode d’accouchement augmente les risques de maladie. Un facteur expliqué par le fait que le bébé n’ingère pas les bactéries présentes dans le vagin. Explications.

L’accouchement par voie basse

En cas d’accouchement par voie basse, le bébé emprunte le chemin naturel. Sa sortie est aidée par les contractions et les poussées exercées par la maman. Lorsqu’il arrive au niveau du vagin, il ingère de très nombreuses bactéries bénéfiques.

Celles-ci sont essentielles pour construire entre autres, le système digestif du bébé. Ainsi, le système immunitaire de l’enfant se fortifie et la flore intestinale se construit de la meilleure des façons. Le capital santé de l’enfant est optimisé, ce qui lui permet d’évoluer en toute sérénité.

L’accouchement par césarienne

En cas d’accouchement par césarienne, le bébé ne passe pas par le vagin. Il ne profite donc par des bactéries présentes à cet endroit stratégique. Les bactéries ingérées sont celles présentes sur la peau ou dans l’environnement, elles n’ont aucun bénéfice, et parfois sont pathogènes !

La composition du système immunitaire de l’enfant est donc très différente : les enfants nés par césarienne multiplient les risques de surpoids, d’allergies respiratoires, de diabète et de troubles digestifs.

Focus sur l’accouchement par césarienne en France

20% des femmes accouchent par césarienne en France. Les risques sont limités pour l’enfant comme pour la maman. Cet acte chirurgical permet chaque année de faire face à des situations d’urgence et de sauver des bébés, mais aussi des femmes.

Cependant, la césarienne est aussi devenue un mode d’accouchement de convenance. Il faut dire qu’elle permet de ne pas passer par la case travail qui, rappelons-le, est une étape douloureuse. Certaines mamans peuvent ainsi limiter les désagréments en cas de bébé un peu gros ou qui se présenterait par le siège.

Que faire ?

Pour que votre bébé puisse se construire de la meilleure des façons, il est conseillé d’éviter les césariennes, sauf s’il n’y a pas d’autre choix pour la sécurité de l’enfant ou de la maman. Cet acte chirurgical doit toujours être motivé par des impératifs médicaux comme le rappelle régulièrement la Haute Autorité de la Santé (HAS).

Néanmoins, une solution a peut-être été trouvée. Une étude parue dans le magazine scientifique Nature Medicine relate un essai clinique mené par le docteur Maria Gloria Dominguez-Bello et le biologiste Jose C. Clemente. Celle-ci consiste à placer, une heure avant la césarienne, une compresse stérile à l’intérieur du vagin de la maman. La gaze est ensuite placée dans un conteneur stérile.

3 minutes après l’accouchement par césarienne, les docteurs frottent le corps du nourrisson avec la compresse. Cet essai est prometteur, mais pas encore probant, d’autres études ont besoin d’être menées.

Lisez nos conseils pour vivre sereinement votre accouchement !

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.