Ces signes qui prouvent que votre enfant fait une phobie scolaire

publié le: 7 novembre 2020
catégorie: Autres sujets

La phobie scolaire, que l’on appelle également “refus scolaire anxieux”, englobe l’ensemble des troubles anxieux et affectifs. Ce phénomène qui touche pourtant de nombreux enfants n’est pas toujours considéré par les proches ou le corps enseignant. Comment déterminer si votre petit est concerné ? Quels signes peuvent véritablement vous alerter et surtout comment aider votre enfant ? PediAct fait le point.

Phobie scolaire : qu’est-ce que c’est ?

Selon Europe 1, ils seraient  entre 1 et 5% des enfants et adolescents à être victimes de phobie scolaire. Ce trouble anxieux atteint aussi bien les filles que les garçons, les bons élèves comme les moins bons, et ceux dans toutes les catégories socioprofessionnelles. 

Mais qu’est-ce que la phobie scolaire exactement ? C’est une angoisse terrible qui survient à la simple idée de se rendre à l’école. Elle peut se manifester avant de s’y rendre, le matin, ou au contraire le soir, en pensant au lendemain. 

La phobie scolaire se manifeste souvent par une forte crise d’angoisse qui ne s’arrête que quand l’enfant est persuadé qu’il n’ira pas à l’école. Selon l’âge, elle peut également se manifester par des symptômes physiques comme des maux de tête ou de ventre.  

 

Les symptômes

Les principaux symptômes de la phobie scolaire sont assez simples à reconnaître :

  • Des difficultés à quitter la maison pour se rendre à l’école ;
  • Absentéisme ;
  • Anxiété et panique ;
  • Absence de comportements antisociaux (l’enfant continue de voir ses amis à l’extérieur et/ou souhaite toujours pratiquer ses activités extra-scolaire).

En règle générale, donc, l’enfant se sent incapable de se rendre à l’école. Ses angoisses ne se dissipent que quand il est sûr de ne pas y aller. Pour autant, chez les jeunes enfants, l’angoisse et la volonté de ne pas aller à l’école peuvent se manifester de façon plus implicite : maux de ventre ou de tête, nausées, sueurs, sensations de malaise, etc.

Attention à ne pas confondre la phobie scolaire avec une simple envie de faire l’école buissonnière. Un enfant qui souffre de ce trouble se trouve dans un véritable mal-être. La panique est tellement forte qu’il lui est presque impossible de se raisonner. Certains enfants sont même obligés de rentrer au domicile tant l’angoisse est présente. Cette phobie est donc à prendre très au sérieux. Si elle n’est pas prise en charge à temps, cette dernière peut évoluer vers une totale rupture sociale avec des conséquences néfastes pour l’enfant : isolement social et affectif, dépression, abandon de la scolarité, marginalisation, etc.

 

Les causes

Pourquoi votre enfant est-il touché par ce mal-être ? Plusieurs causes peuvent entrer en compte :

  • Des causes individuelles :

L’enfant peut ressentir une angoisse de séparation ou une phobie sociale liée, par exemple, à la peur de parler en public ou de rater des contrôles, des examens, etc.

  • Des causes conjoncturelles :

Ces dernières peuvent s’expliquer par un choc ou un bouleversement comme un deuil récent, un déménagement, un divorce des parents.

  • Des troubles “instrumentaux” :

Certains troubles comme la dyslexie, la précocité ou encore l’hyperactivité peuvent participer à la phobie scolaire.

  • Des causes environnementales :

Harcèlement scolaire, difficulté à se faire des amis ou encore mauvaise entente avec des professeurs peuvent être la cause d’une phobie scolaire. 

 

Comment aider l’enfant ?

Plusieurs solutions existent pour aider votre enfant à surmonter cette phobie. Dans un premier temps, il est préférable de ne pas accepter complètement et “facilement” le refus de l’enfant. En effet, plus l’absentéisme sera long, plus il sera difficile pour l’enfant de remettre un pied à l’école.

Pour autant, vous ne devez en aucun cas ignorer la souffrance de votre petit. Il ne fait pas de la comédie. Si l’enfant est en phobie scolaire, il faut discuter avec lui et dialoguer avec l’équipe de l’école afin d’essayer de trouver la cause du problème. 

Côté traitements, il n’existe évidemment pas une seule thérapie. Les enfants étant tous différents, le diagnostic et le traitement seront établis après évaluation de l’âge des problèmes physiques, psychologiques, de la motivation pour l’école, de l’absentéisme et des angoisses, etc. 

La famille est très souvent convoquée pour prendre en compte son avis, sa situation sociale, culturelle, économique, et déterminer son implication dans le travail de réintégration scolaire. 

Parfois, et seulement parfois, une prescription de médicaments sera envisagée. 

L’école à la maison est-elle une solution pour aider mon enfant ? Si c’est possible, il est conseillé de ne pas recourir tout de suite à des cours par correspondance. En effet, l’école est un élément de socialisation très important. Par ailleurs, l’école à la maison aura pour risque d’accentuer sa peur de l’institution et des autres, etc.

 

Ce qu’il faut retenir :

Aujourd’hui, la phobie scolaire touche de nombreux enfants. Si votre petit est concerné, soyez à son écoute. Il faut échanger et dialoguer avec lui, prendre rendez-vous avec un professionnel de santé mais également avec l’école. L’objectif ? Déterminer la ou les causes de son mal-être et trouver rapidement une solution pour lui venir en aide.

Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.