Que faire en cas d’asthme chez un nourrisson ?

publié le: 3 mars 2017
catégorie: Pneumologie

Que faire asthme nourrisson

L’asthme du nourrisson se traduit par des difficultés à respirer, souvent accompagné d’un sifflement. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des bébés qui souffrent de cette pathologie verront leur asthme disparaître en grandissant.

Définition de l’asthme du nourrisson

Entre 0 et 3 ans, des crises d’asthme peuvent survenir chez l’enfant. Celles-ci se manifestent par des troubles respiratoires et des sifflements. Cependant, il est fréquent de confondre ces crises avec une bronchiolite.

La différence entre ces 2 pathologies ? La fréquence. Si votre bout de chou connaît au moins 3 épisodes de « bronchiolite » avant ses 5 ans, l’asthme en est bien souvent la cause.
Parmi les autres symptômes courants de cette maladie respiratoire, il est régulièrement constaté une forte toux, des sifflements nocturnes, des allergies (environnementales ou alimentaires) ou encore de l’eczéma.

Les facteurs héréditaires ont aussi un rôle à jouer dans le diagnostic. Si vous souffrez d’asthme, votre enfant y sera plus sensible.

Le diagnostic de l’asthme chez l’enfant

Si vous constatez ses symptômes, de manière répétée, chez votre enfant : une visite chez le pédiatre s’impose. Il réalisera alors une radiographie du thorax pour trouver la cause des problèmes respiratoires.

S’il ne constate aucun autre facteur susceptible de déclencher des crises d’asthme (comme une malformation ou l’inhalation d’un petit objet), il recommandera un traitement antiasthmatique d’épreuve, à base de bronchodilatateur à action rapide.

Celui-ci se présente sous forme de spray, dans lequel se trouver un corticoïde à inhaler. Peu simple à administrer, les enfants auront besoin de l’aide d’une chambre d’inhalation pour profiter pleinement du traitement. PediAct recommande l’utilisation des chambres d’inhalation Tips-haler®, compatibles avec tous les aérosol-doseurs.

Dotés d’une ergonomie souple et d’une parfaite étanchéité, ces masques optimisent le dépôt du traitement dans les poumons, pour augmenter son efficacité.

Les mesures de prévention supplémentaires

En plus du traitement par inhalation, vous pouvez instaurer des mesures de prévention pour limiter les crises d’asthme du nourrisson. La première est d’éliminer un maximum de substances allergisantes de son environnement :

  • Passer l’aspiration tous les deux jours
  • Utiliser des produits ménagers naturels
  • Aérer la chambre de bébé au moins 20 minutes par jour
  • Fumer uniquement à l’extérieur
  • Opter pour du linge de maison anti-acariens (éviter les oreillers en plumes ou duvet d’oie)
  • Laver régulièrement son doudou
  • Dépoussiérer et nettoyer les bouches d’aération tous les trimestres

Ces précautions ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie de votre enfant au quotidien, en limitant les facteurs susceptibles de déclencher une crise d’asthme.

Des chances d’amélioration

Seul 1 enfant sur 3 souffre encore d’asthme à 30 ans. Pour les autres, cette maladie respiratoire se résorbe de manière spontanée, lorsqu’ils grandissent. C’est au moment de la puberté que le taux de rémission et le plus fort. Parfois, l’asthme réapparait chez les jeunes adultes qui commencent à fumer ou s’exposent au tabagisme passif.

Au final, 95% des asthmatiques verront les symptômes disparaître totalement après 30 ans. Une bonne nouvelle !

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.