Faut-il interdire les écrans à vos enfants avant de dormir ?

publié le: 7 novembre 2019
catégorie: Autres sujets

Faut-il interdire les écrans à vos enfants avant de dormir ?

Aujourd’hui, la télévision n’est plus votre seule préoccupation. Tablette, smartphone, console, ordinateur… Les technologies se sont multipliées et une multitude d’écrans sont arrivés à la portée de vos chères têtes blondes. Troubles du sommeil, cognitifs, ou psychiques… Entre idées reçues et véritables problèmes de santé, faut-il interdire les écrans à vos enfants avant de dormir ? PediAct fait le point.

 

Les écrans avant de dormir : des impacts sur le sommeil de vos enfants

Les effets négatifs de la lumière bleue sur le sommeil des adultes ne sont plus à démontrer. Mais qu’en est-il pour vos petits ? Une étude menée par des chercheurs de l’Université du Colorado met en avant les risques liés à une exposition des enfants à la lumière bleue avant de dormir. Selon les chercheurs, celle-ci nuit considérablement – et de façon immédiate – à la qualité du sommeil des petits. 

Pourtant, le sommeil est essentiel à leur âge. En effet, il s’agit d’un élément nécessaire à leur croissance et à leur bon développement. Car jusqu’à l’âge de 12 ans, vos enfants ont besoin d’un minimum de 9 heures de sommeil. Mais voilà, les écrans, lorsqu’ils sont consommés avant de dormir, réduisent considérablement ce temps de sommeil. À cause de la lumière bleue qu’ils produisent, ces derniers se révèlent être toxiques pour l’horloge biologique de vos progénitures. Celle-ci va bloquer la production de la mélatonine, alias l’hormone du sommeil qui facilite l’endormissement. Conséquences ? Vos enfants sont plus fatigués, plus irritables et parfois plus violents. Il est donc important de limiter les écrans avant de dormir afin de préserver le bon sommeil de vos petits, et le bon fonctionnement de leur horloge interne.

 

Les écrans : des impacts sur la santé de vos enfants

Outre les effets, parfois négatifs, sur le sommeil de vos enfants et les impacts que cela peut avoir, la consommation des écrans avant de dormir impacte plus globalement leur santé. En 2016, déjà, la Société Française de Pédiatrie (SFP) rappelait qu’une trop grande consommation des écrans pouvait avoir des conséquences sur le surpoids. 

Par ailleurs, les enfants ont tendance, surtout quand ils sont petits, à avoir le nez collé à la tablette ou au smartphone. Cette mauvaise utilisation peut avoir des conséquences et causer des problèmes de vue à l’instar de la ““myopie fonctionnelle”, un problème d’accommodation à la vue de loin. 

Enfin, les écrans avant de dormir ont des conséquences sur le développement cognitif des petits, impactant parfois la capacité de concentration, l’agilité, la motricité, et même l’acquisition du langage quand ils sont très jeunes.

 

Les écrans avant de dormir : des risques psychiques et émotionnels 

C’est un fait, vos enfants ne voient pas les mêmes choses que vous. Certaines images peuvent susciter chez eux des émotions différentes, comme l’explique bien le CSA. C’est notamment le cas lors de scènes violentes ou dérangeantes de par leur réalisme, ou encore à l’écoute d’une bande sonore trop angoissante. 

Quels sont les risques et les impacts de telles images avant que votre enfant ne tombe dans les bras de Morphée ? L’exposition à des contenus violents, choquants ou terrifiants, peut engendrer des troubles invisibles comme des difficultés à s’endormir, du stress, des angoisses et parfois même, une potentielle banalisation de la violence. Plus le sommeil est impacté, plus les risques psychiques sont forts, pouvant provoquer de l’anxiété et des états dépressifs.

 

Les écrans avant de dormir : zoom sur des alternatives 

Pas toujours facile de trouver une alternative à la consommation des écrans avant de dormir. Voici donc quelques conseils pour changer vos habitudes, en famille, dans la joie et la bonne humeur :

Vous le savez, les enfants prennent exemple sur les adultes. Alors, tentez – autant que faire se peut – de montrer le bon exemple. Quand vous rentrez chez vous, évitez d’allumer les écrans comme la télévision, et privilégiez une activité sportive ou intellectuelle avant le dîner.  

Pendant le repas, préférez des moments de discussion au profit des moments télévisés. 

Mais voilà, après cela, ce n’est pas toujours facile de dire non aux écrans. Notre conseil ? Proposer des alternatives attrayantes et séduisantes aux petits. Vous pouvez organiser une séance de relaxation ou de méditation ludique adaptée, faire une partie de jeu de société ou même une activité artistique (dessin, peinture, éveil musical). Ces alternatives seront un bon vecteur d’imagination et pourront aider au bon développement de leurs capacités intellectuelles. 

Enfin, pendant l’heure du coucher, privilégiez bien évidemment, les moments de lecture avec vos petits.

 

Ce qu’il faut retenir 

Nous le savons bien, la gestion des écrans et des enfants n’est pas toujours une mince affaire. Et dire non à un dessin-animé peut parfois lancer un véritable conflit diplomatique au sein du foyer. Pourtant, au vu des troubles que peuvent causer les écrans avant de dormir, il apparaît important d’en limiter leur utilisation dans les heures qui précèdent le coucher. Pour autant, tous les écrans ne sont pas à proscrire totalement du quotidien de vos progénitures. De temps en temps – et en fonction de leur âge – vos bambins peuvent regarder certains programmes adaptés en dehors des heures de coucher. Finalement, tout n’est qu’une affaire d’équilibre.