La prévention des infections et maux de gorge chez l’enfant

publié le: 18 mars 2015
catégorie: ORL

Chez l’enfant comme chez l’adulte, la gorge est une zone particulièrement sensible aux infections. Il existe des solutions permettant de prévenir au mieux ces maux et éviter que votre petit ne tombe malade. Tour d’horizon.

La prévention des infections de la gorge : importante et efficace

Toux grasse ou d’irritation, sensations de vives piqûres dans la gorge, les maux qui touchent la gorge sont souvent désagréables, voire douloureux. Lorsqu’un enfant souffre de ce symptôme, cela a de nombreuses conséquences :

  • La douleur et la toux peuvent l’empêcher de dormir.
  • Les microbes se transmettent facilement au reste de la famille ou aux camarades de classe.
  • L’infection peut se propager à la sphère ORL (sinusite, otite) ou aux bronches.

Les différentes méthodes de prévention sont complémentaires et applicables à l’ensemble de la famille. Elles permettent de traverser la saison hivernale en se préservant. En effet, si votre enfant est malade, il se fragilise et devient donc plus sensible aux microbes plus agressifs comme la grippe, par exemple.

Quoi qu’il en soit, si votre enfant tousse de façon importante et ce depuis plusieurs jours, consultez un pédiatre ou un généraliste qui vous indiqueront la marche à suivre. En effet, il s’agit d’un symptôme de nombreuses maladies nécessitant un diagnostic médical et des prescriptions spécifiques, en fonction notamment de l’âge de l’enfant. Dans tous les cas, évitez l’auto-médication.

Sachez aussi que pour soulager rapidement votre enfant (à partir de 3 ans), PediAct propose Pharyndol®, un traitement naturel qui réduit les irritations, picotements et douleur de la gorge (lire aussi l’article “Mon enfant a mal à la gorge : quels traitements ?”).

Protéger le corps de l’enfant des infections et limiter les contacts

Le froid en lui-même ne provoque pas de maladie, c’est bien le contact avec un virus, plus rarement, une bactérie. Toutefois, lorsqu’un enfant a froid, il se défend moins bien contre les attaques microbiennes. Veillez à ce qu’il se couvre correctement à l’extérieur, mais également à ce qu’il puisse se découvrir à l’intérieur, surtout s’il fait très chaud, pour éviter les chocs thermiques. Bonnet, écharpe et gants sont recommandés car le corps se refroidit beaucoup par les extrémités.

La dissémination des maladies se fait généralement par contact, dans les lieux très fréquentés : transports en commun, école, etc. Apprenez à votre enfant à se laver les mains régulièrement, à tousser dans son coude et à éviter d’embrasser les personnes malades.

Favoriser une bonne hygiène de vie pour éviter les maux de gorge

Une bonne hygiène de vie permet de favoriser une bonne protection naturelle. Si vous en avez la possibilité et souhaitez le faire, allaitez votre enfant aussi longtemps que possible. L’OMS recommande une durée comprise entre 6 mois et 2 ans. Les anticorps naturellement présents dans le lait maternel protègent en effet le nourrisson.

Lorsque l’enfant grandit, bien boire, se nourrir de produits frais, de fruits et légumes sont des éléments importants pour un bon équilibre et un corps qui se défend contre les infections. Dans le domaine de l’alimentation, sachez que le miel est un bon allié naturel grâce à ses propriétés antibactériennes, mais attention à ne pas l’utiliser avant l’âge d’1 an. Le sommeil doit également être protégé et une activité physique quotidienne proposée à vos petits.
Bien entendu, il ne faut jamais fumer en présence d’enfant. Pensez à bien aérer votre intérieur, même en cas de grand froid. Si l’air est sec, un humidificateur sera utile.

Enfin, si vous-même ou l’un des membres de la famille est malade, veillez à limiter les contacts. En cas de toux, portez un masque, ce qui limitera la contamination.

La prévention des maux de gorge au sein de la famille permet de mieux affronter l’hiver et ses maladies. Et si les symptômes apparaissent malgré tout, contactez un médecin qui prendra en charge votre enfant.

Alice du Laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.