On distingue plusieurs formes d’énurésie nocturne : l’énurésie primaire, qui concerne les enfants n’ayant pas été propres la nuit au cours des six derniers mois, et l’énurésie secondaire, qui survient à la suite d’une période de propreté nocturne d’au moins six mois. On parle également d’énurésie sévère lorsque l’enfant mouille ses draps plus de trois nuits par semaine. Souvent tabou, le pipi au lit ne doit pourtant pas être une fatalité : des solutions existent pour aider l’enfant.

Un sujet tabou ?

Si la plupart des enfants – dès l’âge de 5 ans – ont déjà fait pipi au lit, il s’avère que peu d’entre eux osent en parler. Selon une étude menée en 2009 par TNS Healthcare, 63% des tout-petits admettent n’en avoir jamais discuté autour d’eux et 44% se sentent responsables. Mais pourquoi ce sentiment de culpabilité ? L’énurésie nocturne, bien qu’elle soit fréquente (principalement chez les petits âgés de 6 à 11 ans), échappe au contrôle de l’enfant : il fait pipi sans s’en rendre compte. Parfois même, le fait d’avoir mouillé son pyjama ou ses draps ne le réveille pas. L’enfant peut alors se sentir « coupable » et s’il n’en parle pas à son entourage, c’est davantage par crainte du regard de l’autre sur un phénomène qu’il ne comprend pas et qui ne concerne peut-être pas son petit camarade. De plus, il ne s’agit pas d’une maladie mais d’un trouble qui touche 70% à 80% des petits garçons, et qui disparaît aussi vite qu’il est arrivé, la plupart du temps au moment de la puberté.

Faut-il s’inquiéter ?

Il n’y a pas de raison de s’inquiéter si votre enfant fait pipi au lit. En revanche, si ce trouble persiste au-delà d’un certain âge, cela pourrait être perturbant au niveau social, au risque que votre enfant se sente dévalorisé et qu’il perde confiance en lui. En effet, certains adolescents peuvent souffrir d’énurésie jusqu’à l’âge de 17 ou 18 ans… Si tel est le cas, parlez-en à votre médecin.

Comment aider l’enfant ?

La première des choses est de discuter avec lui ! Contrairement aux idées reçues, l’énurésie nocturne n’est pas liée à un manque d’hygiène. Il peut tout simplement s’agir d’un facteur déclenchant (divorce, changement d’école, déménagement…) ou tout autre aspect psychologique qui pourraient être une manière pour votre tout-petit d’exprimer ses angoisses. Néanmoins, personne n’a jamais pu définir l’origine de ce trouble, ni savoir pourquoi un enfant fait pipi au lit et pas l’autre. Votre enfant ne doit donc en aucun cas se sentir « coupable » de ne pas s’être réveillé à temps pour aller aux toilettes. De la même manière, les parents ne doivent pas éprouver de sentiment de honte et le pipi au lit ne doit pas être un sujet tabou.

Si vous vous rendez compte que votre enfant continue de se sentir coupable après lui avoir expliqué ce qu’est l’énurésie nocturne, ou s’il se sent humilié auprès de ses camarades… sachez que des aides, notamment psychologiques, existent pour aider votre enfant à se confier et trouver les mots sur ce qui le perturbe. Vous pouvez par exemple consulter un pédiatre, un pédopsychiatre ou encore un psychologue. Certains médicaments et traitements peuvent aussi lui être prescrits sur avis de votre médecin, si l’énurésie persiste pendant l’adolescence.

Enfin, quelques astuces sont à connaître pour réduire les risques de fuites pendant la nuit : apprenez à votre enfant à boire régulièrement tout au long de la journée, et peu le soir. Donnez-lui l’habitude d’aller faire pipi avant de se coucher et limitez les boissons sucrées et gazeuses au dîner car elles favorisent l’énurésie.

Alice du Laboratoire Pediact

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.