publié le: 6 février 2017

Pourquoi, en pleine montée laiteuse, les seins sont-ils très tendus et douloureux ?

Montée laiteuse et seins douloureux femme

La montée de lait qui se produit parfois au cours de l’allaitement peut être très douloureuse. Pour gérer au mieux cet épisode désagréable, apprenez les techniques et astuces éprouvées par des générations de mamans.

Qu’est-ce qui rend l’engorgement si douloureux ?

Contrairement à une croyance populaire, l’engorgement des seins n’est pas dû à un trop-plein de lait. Il est en fait le résultat d’une sur-activité lymphatique et sanguine dans la zone, qui provoque l’enflure des tissus des seins. Résultat : la poitrine, pleine de lait, ne parvient pourtant pas à le laisser s’écouler, car les seins sont trop durs et trop gonflés. Heureusement, il existe plusieurs solutions pour soulager cette douleur et continuer à allaiter votre bébé malgré tout.

Comment soulager un engorgement normal

Vos seins sont très tendus, mais votre nourrisson peut toujours téter ? Alors votre engorgement est considéré comme normal. Pour le soulager, commencez par appliquer des compresses tièdes sur vos seins. Cela permettra de favoriser l’écoulement. Utilisez votre main ou un tire-lait pour extraire assez de lait de vos seins pour que votre aréole soit plus facile à téter pour votre bébé. Vous pouvez vous livrer à cet exercice sous la douche pour plus de facilité. Et puis, surtout, proposez à votre nourrisson la tétée le plus fréquemment possible, en utilisant un protège-mamelon, afin de réduire la pression que la bouche de votre enfant exerce sur votre mamelon. Cela permettra de désengorger et de soulager la douleur par la même occasion.

Comment venir à bout d’un engorgement important

Si votre nourrisson rencontre vraiment des difficultés pour téter et que vos seins sont particulièrement douloureux, on parle alors d’engorgement important. Mais heureusement, « important » ne signifie pas nécessairement « grave ». Le plus souvent, cet engorgement provoqué par la montée de lait dure entre 48 et 72 heures. La poitrine reprend ensuite sa forme initiale et les tensions et douleurs disparaissent dans la foulée.

En attendant de retrouver votre bien-être, procédez à quelques gestes pour soulager les tensions. Avant chaque tétée, utilisez un tire-lait ou votre main pour exprimer votre lait ; cela permettra d’assouplir le sein et de diminuer la sensation d’inconfort. Il est également possible de tirer le lait après une tété durant laquelle le nourrisson n’a pas assez bu, mais prenez cependant garde à ne pas vider vos seins. Même si vous pensez que des compresses chaudes vous feraient du bien, ne passez surtout pas à l’acte, car elles pourraient au contraire accentuer l’enflure.

La compresse froide est de fait la meilleure solution. Il peut s’agit tout aussi bien d’un sac de petits pois congelés que vous aurez pris soin d’envelopper dans une serviette, ou bien de deux grandes feuilles de chou vert, que vous aurez auparavant réfrigérées et que vous n’aurez plus qu’à glisser dans vos bonnets de soutien-gorge. Laissez ces compresses en place pendant environ 30 minutes pour un effet optimal. Répétez ces opérations tant que votre lait aura du mal à s’écouler. Une fois l’enflure diminuée, toutes ces difficultés deviendront un mauvais souvenir.

Vous le voyez, une montée laiteuse douloureuse peut être soulagée grâce à ces techniques très simples. Vous pouvez également prendre de l’ibuprofène une demi-heure avant la tétée pour soulager la douleur, sachant que cette molécule est sans danger pour le nourrisson.

Quoi qu’il en soit, si l’engorgement persiste, ou si votre sein est très rouge et que vous avez de la fièvre, consultez votre médecin rapidement. Il est en effet possible que vous souffriez d’une mastite (inflammation du sein qui nécessite parfois un traitement antibiotique), auquel cas il faut agir au plus vite.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.