publié le: 27 mars 2014

7 conseils pour combattre le mal des transports de votre enfant

Enfant malade dans les transports

Il suffit que le beau temps pointe le bout de son nez pour que l’on se remette à rêver d’évasion, à charger la voiture et à prendre la direction de la mer ou de la montagne le temps d’une semaine ou d’un week-end… Oui, mais c’est sans compter sur le petit dernier qui lui, ne supporte pas les longs trajets sur la route ! Bouffées de chaleur, étourdissements, estomac qui se tord, le pauvre souffre du mal des transport, appelé également cinétose. Un trouble de l’équilibre banal mais finalement difficile à supporter. Avant de faire une croix définitive sur les vacances en voiture, essayez plutôt d’appliquer ces quelques conseils qui devraient atténuer les symptômes de votre enfant.

Ne le laissez pas partir l’estomac vide

Veillez à ce que votre enfant ait mangé un petit quelque chose avant le départ. Cela l’aidera à lutter contre les nausées qui accompagnent traditionnellement le mal des transports. Emportez avec vous quelques en-cas légers (fruits secs, biscuits, brique de jus, compote à boire, etc.) et donnez-lui également régulièrement à boire durant le voyage afin d’éviter tout mal de tête, sensation d’étourdissement ou de fatigue qui peuvent également survenir à tout moment.

Faites des pauses régulières

Des longs voyages peuvent parfois être éprouvants pour les plus petits. Même si vous êtes pressés d’arriver le plus tôt possible sur votre lieu de villégiature, pensez d’abord au confort de votre enfant et offrez-lui des pauses régulières (toutes les deux heures), afin de lui permettre de s’oxygéner et de se dégourdir les jambes.

Ne placez pas votre enfant près de la fenêtre

Pour les personnes souffrant du mal du transport, il est recommandé de garder les yeux fixés vers l’avant. C’est pareil pour le jeune enfant! Evitez de le placer aux extrémités de la voiture, là où il sera tenté de regarder par la fenêtre et risquera de se sentir nauséeux à cause des mouvements induits par la vitesse.  Il sera plus judicieux de l’asseoir au milieu de la banquette arrière (malheureusement tous les véhicules ne le permettent pas…) afin de lui permettre de regarder droit devant lui.

Optez les livres au format audio

Tout le monde connaît l’adage disant qu’il ne faut pas lire dans la voiture si l’on est sujet à la cinétose. Si votre enfant adore que l’on lui raconte des histoires, emportez avec vous des livres au format audio. Ils offrent une bonne alternative aux traditionnels livres papier et garderont votre petit bout occupé durant tout le voyage.

Soyez “Zen”

L’environnement direct de l’enfant joue un rôle important sur sa sensation de confort ou de malaise en voiture. Si vous êtes un adepte de Heavy Metal ou de conduite nerveuse, vous mettez votre enfant dans une situation de stress latent qui peut donner naissance aux symptômes du mal des transports. Adoptez un comportement adéquat : préférez de la musique douce ou des comptines pour enfants et adoptez une conduite souple et sécuritaire.

Préparez-vous au pire 

Soyez préparé pour toute éventualité ! En cas de petit pépin, prévoyez une tenue et des sous-vêtements de rechange, des couches, une serviette propre, des sacs en papier et (sait-on jamais) un désodorisant pour éliminer les odeurs indésirables.

Demandez conseil à votre médecin

Si le mal des transports dont souffre votre enfant est réellement problématique, il serait peut-être judicieux d’en parler à votre pédiatre afin qu’il en détermine la cause réelle. Des pathologies plus sérieuses comme par exemple des problèmes d’oreille interne, peuvent se cacher derrière ces symptômes. Plusieurs médications et traitement homéopathiques peuvent être prescrits comme remède. Vous voilà donc parés pour profiter de ces quelques moment de détente ! 

[su_spacer size=”20″]
L’équipe du laboratoire PediAct

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.