E-boutique
Nous contacter
‹ Retour au blog

Molluscum contagiosum : quelles alternatives au curetage ?

Provoqué par un Poxvirus, le molluscum contagiosum se caractérise par une éruption cutanée plus ou moins étendue. Cette infection très contagieuse touche souvent les enfants de moins de 8 ans. Si elle est bénigne et indolore, elle s’avère parfois gênante pour la vie quotidienne des plus petits. Alors, comment traiter le molluscum contagiosum pour qu’il disparaisse ? Les alternatives au curetage sont recommandées.

Attendre…

Il est courant que le molluscum contagiosum régresse spontanément et disparaisse de lui-même. Néanmoins, nous ne savons jamais au bout de combien de temps cela va avoir lieu. L’infection peut disparaître au bout de quelques semaines, comme au bout d’un an !

Pour soulager plus rapidement votre bout de chou une fois les symptômes du molluscum contagiosum visibles, il est recommandé d’opter pour un traitement local.

Le curetage

En allant consulter votre pédiatre, il y a de fortes chances pour qu’il vous conseille le curetage. Cette méthode consiste à retirer l’épiderme infecté avec un scalpel stérilisé. Même si une crème anesthésiante est appliquée avant de procéder au curetage, cela reste une méthode impressionnante pour l’enfant.

Il n’est jamais très agréable de savoir qu’on vous découpe une petite partie de votre peau… Surtout que cela saigne parfois et même si la douleur est atténuée, votre enfant peut être apeuré.

Comme plusieurs séances sont nécessaires, votre bout de chou risque de mal le vivre et de pleurer avant chaque rendez-vous.

Les alternatives au curetage

Pour éviter de faire naître un traumatisme chez l’enfant, il existe des alternatives au curetage pour traiter le molluscum contagiosum, telle que la cryothérapie.

Cette dernière consiste à brûler les boutons grâce à l’azote liquide. Le médecin cible les molluscum contagiosum à l’aide d’un coton-tige ou d’un spray et applique le traitement. Un choc thermique se produit alors : les cellules endommagées sont détruites, tandis que l’organisme en produit de nouvelles pour reconstituer la peau.

Si ce traitement est efficace, il est reste impressionnant. Plusieurs séances seront nécessaires pour venir à bout de l’infection, ce qui risque de faire peur à l’enfant.

PoxKare, une solution locale et rapide

L’alternative à ces méthodes perçues comme agressives consiste à utiliser une solution locale, comme PoxKare. Composé d’hydroxyde de potassium à 5 %, ce traitement liquide agit par kératolyse. Chaque jour, il dissout en douceur la peau, afin de supprimer l’infection. Cette technique n’est pas douloureuse ni impressionnante, mais elle est très efficace.

Il vous suffit d’appliquer, deux fois par jour, la solution PoxKare avec la spatule fournie dans la boîte. Une petite inflammation teintée de rouge va apparaître en moins d’une semaine. Celle-ci signifie que le produit agit. Vous pouvez cesser le traitement sur le molluscum traité où la rougeur apparait. À partir de ce moment, comptez entre 2 à 6 semaines pour voir totalement disparaître le molluscum contagiosum. Lire la notice avant toute utilisation.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

CTA-Banner-All

 

Articles similaires

Comment reconnaître les maladies de peau du bébé de 1 à 5 ans

Durant l’enfance, l’entrée en collectivité est bien souvent synonyme de pathologies cutanées infantiles contagieuses. Sources d’inquiétude chez les parents, ces troubles se manifestent de différentes manières. Seul le diagnostic de votre pédiatre pou ...

Tout ce qu’il faut savoir sur les cheveux bébé

Les cheveux de bébé sont assez fascinants : extrêmement épais ou au contraire presque inexistants, blonds ou bruns, ondulés, doux ou très fins… Tout au long des premiers mois, ces derniers vont changer de structure et parfois même, tomber. Mais pas d ...

Le Molluscum Contagiosum

Le molluscum contagiosum est une infection virale de la peau(famille des Pox virus) qui se manifeste par l’apparition de petites bosses de couleur chair ressemblant à s’y méprendre à des verrues. Bien qu’assez disgracieux, cela est fréquent chez les ...

visuel-cta-left
PediAct-family

Rejoignez la PediAct Family !

Inscrivez-vous à notre newsletter et ne ratez plus aucune actualités

visuel-cta-right
Acheter nos produits
Nous contacter