Tout savoir sur les contrôles ORL à effectuer pour votre enfant

publié le: 11 octobre 2017
catégorie: ORL

contrôles ORL enfant

Il est préconisé de conduire votre enfant chez les spécialistes au moins une fois par an pour des contrôles de santé réguliers. C’est valable pour le dentiste, l’ophtalmologue, le médecin généraliste… et l’ORL.

Quand consulter un ORL pour un dépistage ?

Un examen ORL n’est pas obligatoire, mais vivement recommandé si vous soupçonnez la moindre anomalie chez votre enfant.

Exemple de signes :

  • Pas de réactions au bruit
  • Sommeil trop calme
  • Sons non mélodiques émis par le petit enfant
  • Pas ou peu de babillage
  • Absence de réponse à son prénom
  • Pas ou peu de mots prononcés à partir de 12 mois
  • Émissions de sons non contrôlés
  • Retard de langage à l’entrée à l’école, la crèche ou la garderie
  • Troubles du comportement
  • Difficultés d’apprentissage, d’écoute

 

Quels sont les « enfants à surveiller » en matière de soucis d’audition ?

Les troubles de l’audition peuvent se manifester à n’importe quel âge. Mais certains terrains sont favorables à leur développement comme :

  • Des antécédents familiaux de surdité
  • La prématurité d’un enfant
  • Un poids faible à la naissance
  • Une infirmité motrice cérébrale à la naissance
  • Une anomalie chromosomique (trisomie 21)
  • Une craniosténose ou malformations de la face
  • Un embryofoetopathie
  • Une exposition à des produits toxiques dans l’utérus (alcool, tabac, drogue)
  • Des infections graves détectées à la naissance (méningite)
  • Une anoxie périnatale
  • Un traumatisme du rocher
  • Otites à répétition

Si vous avez le moindre doute, consultez votre pédiatre ou votre médecin traitant pour avoir un avis. Vous pouvez, si vous le souhaitez, prendre directement rendez-vous chez votre spécialiste pour un dépistage ou un contrôle.

Comment se déroule un test chez un ORL ?

L’ORL est un professionnel qui va pratiquer un ou plusieurs tests d’audition sur votre enfant, afin de détecter les sources éventuelles d’un problème. Dans un premier temps, le médecin va prendre du temps pour vous poser des questions sur l’environnement familial dans lequel évolue l’enfant. Il contrôlera également vos antécédents.

Fort de ces éléments, il pourra chercher avec plus de précision. Voici 3 tests possibles :

 

Test 1 : le test à voix nue

À partir de 24 mois, l’enfant est capable de reconnaître des prénoms et des mots familiers. Il se place à quelques centimètres de l’oreille de l’enfant, hors de son champ de vision, et l’appelle par son prénom. Il observe ainsi sa réaction.

À 36 mois, le praticien lui présente un imagier et propose à l’enfant de reconnaître les images.

 

Test 2 : audiométrie vocale de dépistage

À partir de 4 ans, ce test permet de détecter les surdités moyennes à sévères. Il utilise des tests d’audiométrie fréquentielle à l’aide de planches de mots associés à des images. Ce test est réalisé sur chaque oreille.

 

Test 3 : Audiométrie tonale de dépistage

Toujours à partir de 4 ans, le spécialiste propose à l’enfant de porter un casque pour ce test. Il permet de quantifier les seuils auditifs pour chaque oreille. L’enfant entend alors des sons de 30 dB dans des conditions habituelles. En temps normal, il doit pouvoir entendre ces sons. Si ce n’est pas le cas, le problème est détecté.

 

Test 4 : tympanométrie

Ce test ne sert pas à détecter une surdité ou une tendance particulière, mais plutôt à détecter une éventuelle otite séreuse.

Dans tous les cas, pour vous rassurer, n’hésitez pas à contacter votre ORL pour lui demander de vous expliquer ses procédures particulières.

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.