publié le: 26 août 2016

Les grandes étapes de la diversification alimentaire

Enfant et étapes de diversification alimentaire

Alors que votre bébé est uniquement habitué au lait, il doit peu à peu s’habituer à intégrer de nouveaux aliments, de manière progressive. Pour lui faire découvrir en douceur ces nouvelles saveurs et textures, quelques règles doivent être prises en compte. Etape par étape, voici comment procéder et quels aliments privilégier pour s’assurer que l’alimentation de bébé lui correspond.

Quand débuter la diversification alimentaire ?

Depuis sa naissance, votre bébé ne boit que du lait, et de l’eau. La nourriture « solide » doit donc se faire de manière progressive, entre 4 et 6 mois, de manière à ce que son organisme soit suffisamment développé pour pouvoir ensuite digérer correctement ces nouveaux aliments. Sous forme de purées, de soupes, de veloutés ou de compotes de fruits… votre enfant va tester peu à peu les différentes saveurs et textures et ainsi développer son goût et ses préférences en terme de nourriture.

Quelles sont les étapes de la diversification alimentaire et quels aliments choisir ?

– La première étape, entre 4 et 6 mois : à cet âge, le lait reste l’alimentation principale. Il est important d’intégrer un nouvel aliment à la fois, en le lui proposant à la petite cuillère ou en le mélangeant à son biberon de lait. Ces nouveaux aliments doivent au départ être mixés, ou sous forme de soupes ou de veloutés. Pour les légumes, vous avez le choix entre des carottes, des épinards, des courgettes (sans peau et sans pépin), des haricots verts ou des blancs de poireaux. Optez pour des pommes de terre et des céréales infantiles pour les féculents, et enfin, des poires, des pêches, des pommes, des bananes ou des abricots pour le dessert. A partir de 6 mois, vous pourrez alors intégrer les protéines telles que les viandes ou les poissons ainsi que des céréales (avec ou sans gluten).

– Entre 8 ou 12 mois et jusqu’à 3 ans, votre bébé peut désormais manger comme les grands. Même si les produits laitiers constituent encore l’essentiel de son alimentation (biberon de lait et yaourts), il consomme à présent quatre repas par jour : le petit-déjeuner, le déjeuner, le goûter et le dîner, à heures régulières. C’est à cette période que les petits morceaux peuvent progressivement être intégrés à son alimentation. N’hésitez pas à varier les saveurs et la manière de cuisiner les plats. Si votre enfant refuse de manger une purée de brocolis, proposez-lui ce même légume sous forme de velouté mélangé à des pommes de terre par exemple. Parfois, les tout-petits refusent de tester un aliment, mais leur goût évolue au fil du temps. N’hésitez donc pas à le lui proposer par la suite. Il sera fort probable qu’en le consommant de nouveau, il l’accepte.

Dès l’âge d’un an, certains aliments peuvent être ajoutés tels que les fruits acides ou exotiques comme les ananas, la mangue ou encore les pamplemousses… Même chose pour les légumes crus ou râpés, sous forme de salades, alors qu’ils étaient jusqu’à présent bouillis ou en purée… Enfin, le chocolat, pour le plus grand plaisir des enfants, pourra également être proposé, de manière raisonnable.

L’étape de la diversification est aussi l’occasion d’aider votre enfant à prendre de bonnes habitudes alimentaires. Il est recommandé de limiter un maximum le sucre et le sel dans la préparation de ses repas, dès le plus jeune âge.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *