Rougeole, rubéole, roséole : quelles différences ?

publié le: 20 mai 2020

Rougeole, rubéole, roséole : quelles différences ?

Chez les enfants, les maladies éruptives ne manquent pas. Mais entre la rougeole, la roséole, la rubéole, et tous ces symptômes qui se ressemblent parfois… Pas facile d’y voir clair. Tour d’horizon de ces trois maladies.

 

La rougeole en quelques mots

La rougeole est une maladie infectieuse éruptive très contagieuse. Elle est due à un virus de la famille des paramyxoviridés. Malgré l’existence d’un vaccin, cette dernière continue d’être la cause de décès importants dans certains pays, principalement sur le continent africain et asiatique où la propagation persiste. Chaque année, 20 millions de personnes sont touchées par cette maladie. Depuis 2012, l’OMS a lancé un vaste plan stratégique mondiale. Depuis, plus de 200  millions d’enfants ont été vaccinés, dont 87 % des enfants de 2 ans. 

 

Quels sont les symptômes de la rougeole ?

  • Fièvre ;
  • Écoulement nasal ;
  • Toux ;
  • Conjonctivite avec rougeur des yeux ;
  • Apparition de taches blanches à l’intérieur de la bouche ;
  • Fatigue générale ;
  • Éruption cutanée.

 

En règle générale, les premiers symptômes (sauf l’éruption cutanée) commencent à apparaître 10 jours après l’infection par le virus. Quelques jours après les premiers symptômes comme la toux, la fièvre et la fatigue générale, apparaît la fameuse éruption cutanée. Celle-ci se caractérise par des boutons rouges présents sur toute la surface du corps. 

Parfois des complications peuvent apparaître (1 cas sur 5). Cela touche principalement les enfants en malnutrition ou ceux qui ont un faible système immunitaire. Par ailleurs, voici les différentes complications qui peuvent arriver en cas de rougeole :

  • Cécité ;
  • Otite ;
  • Encéphalite ;
  • Diarrhée sévère ;
  • Infection auriculaire ;
  • Infection respiratoire.

 

Traitement et prévention

Si votre enfant a attrapé la rougeole, il n’y a malheureusement pas de traitement à part entière. Pour autant, les symptômes peuvent s’atténuer grâce à la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens, ou avec des analgésiques. 

 

Pour éviter une contamination à votre enfant, le meilleur moyen de ne pas contracter cette fameuse rougeole reste le vaccin R-O-R (Rougeole-Oreillons-Rubéole). Ce dernier n’est pas obligatoire, mais tout à fait recommandé. Il s’organise autour de 2 injections : une première à 12 mois, et une autre entre 16 et 18 mois.

Dans tous les cas, n’hésitez surtout pas à demander l’avis d’un professionnel de santé. 

 

La rubéole en quelques mots

Tout comme sa “cousine” la rougeole, la rubéole est une maladie infectieuse d’origine virale. Celle-ci est due à un virus issu de la famille des Togarirus. La rubéole est présente un peu partout dans le monde, même si le taux de contamination a fortement diminué ces dernières années. 

Cette maladie se transmet principalement par voie aérienne. Côté période d’incubation, une personne infectée peut être contagieuse de la semaine qui précède le début de l’éruption cutanée, jusqu’à plusieurs jours après. Celle-ci s’étale donc de 14 à 21 jours. 

 

Quels sont les symptômes de la rubéole ?

Chez un enfant, la rubéole peut souvent passer inaperçue. En effet, cette dernière ne provoque pas toujours de signes cliniques. Pour autant, vous pouvez constater les symptômes suivants chez votre petit :

  • Petite fièvre inférieure à 39 ° ;
  • Sensation de fatigue et de malaise général ;
  • Maux de tête ;
  • Conjonctivite ;
  • Maux de gorge ;
  • Ganglions ;
  • Éruption cutanée (qui apparaît généralement entre 1 à 7 jours plus tard).

Comment reconnaître cette éruption cutanée et ne pas la confondre avec autre chose ? Elle se caractérise par des petites taches de couleur rose, qui apparaissent d’abord sur le front et le visage. Elles sont, par ailleurs, plus claires que lors de la rougeole. Une propagation au reste du corps est possible, et se caractérise par des plaques principalement étendues sur le tronc et les bras. 

 

Traitement et prévention

Comment prendre en charge cette maladie si votre enfant est touché ? Il faut d’abord diagnostiquer qu’il s’agit bel et bien de la rubéole et non de la rougeole, par exemple. 

Pour cela, votre médecin se concentrera sur les caractéristiques de l’éruption cutanée et sur les symptômes précis. Si le diagnostic est posé, pas de panique. En dehors de la grossesse, la rubéole est bénigne et les complications très rares chez l’enfant.

Pour l’heure, il n’existe pas de traitement spécifique. Pour autant la guérison est plutôt rapide. Votre médecin pourra prescrire à votre petit du paracétamol afin de faire baisser la fièvre, ou de venir à bout des douleurs articulaires. 

Comme pour la rougeole, il est possible de faire vacciner votre enfant grâce au vaccin ROR, dont nous avons déjà parlé ci-dessus.

 

La roséole en quelques mots

La roséole est une infection virale de la famille des herpès. On l’appelle également exanthème subit. La roséole est une maladie virale, très souvent bénigne qui touche principalement les enfants de 3 mois à 3 ans. À partir de 4 ans, elle se fait beaucoup plus rare.

 

Quels sont les symptômes de la roséole ?

Il faut savoir que, lors de la période d’incubation – environ une bonne dizaine de jours – votre enfant ne présentera aucun symptôme. Tout commence ensuite par une fièvre assez élevée, entre 39° et 40°. Celle-ci peut durer 3 jours. Parfois, chez les enfants, cette fièvre est accompagnée de convulsions fébriles, de troubles digestifs ou encore d’un gonflement des ganglions. 

Ce n’est qu’après cette phase de fièvre, que l’éruption cutanée arrive. Pour la reconnaître, elle se manifeste par des taches de couleur rose qui peuvent être parfois en relief. Elle n’est pas forcément très voyante et peut même passer inaperçu chez certains enfants. Côté complications, elles sont rares mais peuvent bien évidemment arriver :

  • Méningite ;
  • Syndrome mononucléosique ;
  • Hépatite (inflammation du foie) ;
  • Trouble sanguin ;
  • Pneumopathie.

 

Traitement et prévention

Avant l’apparition de l’éruption cutanée, il n’est pas toujours simple de diagnostiquer la roséole chez votre enfant. En cas de doute, votre médecin pourra prescrire des examens complémentaires comme une prise de sang, afin de vérifier l’augmentation des globules blancs ou la présence de certains anticorps. 

Côté traitement, il est principalement focalisé sur le soulagement et l’amélioration de la fièvre avec du paracétamol par exemple.

Pour prévenir de la roséole, pas de vaccin contrairement à la rubéole ou à la rougeole. 

 

Pour prévenir de ces 3 maladies :

Comme pour toutes les maladies contagieuses, certains gestes du quotidien peuvent éviter une contamination ou propagation : 

  • Un bon lavage des mains et du nez ;
  • Apprendre aux enfants à se couvrir la bouche quand ils toussent/éternuent ;
  • L’utilisation de mouchoirs en papier à usage unique ;
  • Limitation des contacts si votre enfant est malade ;
  • Aérer les chambres ;
  • Vous laver les mains si contact avec un enfant contaminé ;
  • Retrait de la collectivité pour les enfants contaminés ;
  • Eviter le contact avec une femme enceinte non immunisée (principalement pour la rubéole et la rougeole).

 

Ce qu’il faut retenir :

Désormais, vous y voyez certainement un peu plus clair sur ces 3 maladies éruptives que sont la rougeole, la rubéole et la roséole. Très communes chez les enfants, elles peuvent toutefois être évitées grâce à la vaccination pour certaines. Très contagieuses et parfois dangereuses pour les femmes enceintes, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel de santé dès l’apparition des premiers signes chez votre enfant. 

 

Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.