publié le: 20 septembre 2019
catégorie: Dermatologie

Comment prévenir l'impétigo chez votre enfant ?

L’impétigo est une maladie cutanée fréquente chez les enfants de deux à cinq ans et très contagieuse. Elle peut également se manifester chez l’adulte. Un seul individu peut donc, à lui seul, contaminer toute sa famille !

Il n’est pas rare de voir apparaître des petites épidémies dans les écoles, dans les crèches ou dans d’autres environnements avec enfants. Alors pour prévenir l’impétigo chez votre enfant, PediAct vous donne quelques conseils.

 

Rappel : qu’est-ce que l’impétigo ?

Infection bactérienne qui touche la peau, l’impétigo est dû à un staphylocoque ou à un streptocoque

Cette maladie est très contagieuse, un simple contact direct ou indirect avec une personne contaminée permet sa transmission. Si votre enfant en est victime, faites bien attention à laver ses vêtements régulièrement et à ne pas le laisser trop près de ses frères et soeurs. 

Au-delà de la transmission rapide de la bactérie, l’impétigo peut se manifester à cause de deux facteurs. Tout d’abord, lorsque votre enfant a des lésions cutanées préexistantes. Imaginons par exemple qu’il ait de l’eczéma et qu’il s’est gratté jusqu’à se blesser. Les blessures peuvent alors facilement s’infecter et permettre à la maladie de se développer. Si tel est votre cas, ne négligez pas ces lésions et traitez-les grâce à un produit spécialisé.

Dans un second temps, il se peut que la bactérie soit naturellement présente dans les cavités nasales de votre enfant. Dès lors, un simple doigt dans le nez peut précéder une auto-contamination sur les autres parties de son corps.

L’impétigo peut se présenter sous deux formes : croûteux et bulleux.

4 techniques pour prévenir l’impétigo chez votre enfant

 

1. Interdisez à votre enfant de mettre les doigts dans son nez

C’est connu, les enfants sont curieux. Un objet dans la bouche, un doigt dans le nez…

Pour prévenir l’impétigo, il est important de leur apprendre dès le plus jeune âge à ne pas se mettre les doigts dans le nez. Cela, afin de leur éviter de s’auto-contaminer en cas de présence de la bactérie dans les cavités nasales.

 

2. Apprenez à votre enfant à se laver les mains régulièrement

La deuxième règle d’hygiène concerne le lavage régulier des mains. En apprenant à vos enfants à se laver les mains de manière régulière, ils éliminent les bactéries et réduisent les risques d’avoir un virus.

 

3. Désinfectez les lésions cutanées de votre enfant

Les lésions cutanées sont un facteur favorisant l’apparition de l’impétigo. Faites donc attention à bien soigner celles de vos enfants suite à un choc (coupure, brûlure…) ou à une maladie qui démange (eczéma, varicelle…). En désinfectant les lésions, vous faites déjà un premier pas vers une bonne cicatrisation.

 

4. Empêchez votre enfant de gratter ses lésions cutanées

Évidemment, empêcher un enfant de se gratter, lorsque des lésions le démangent, n’est jamais simple. Toutefois, c’est primordial. Renseignez-vous sur des produits spécialisés qui calment l’envie de gratter, de manière instantanée.

 

Que faire si votre enfant est atteint d’impétigo ? 

Si malgré ces techniques de prévention, votre enfant est atteint d’impétigo, la première chose à faire est d’aller consulter un médecin. Celui-ci établira un diagnostic officiel et vous donnera un traitement adapté. 

Vous pouvez également prévenir son école ou sa crèche afin qu’elles puissent vérifier qu’elles ne sont pas victimes d’épidémies. En parallèle, les lavages réguliers des mains et des sous-vêtements de votre enfant sont conseillés !

 

Ce qu’il faut retenir ?

L’impétigo est une maladie cutanée assez fréquente, qui peut toucher l’enfant et l’adulte. Nos conseils ci-dessus peuvent aider à la prévenir. À savoir : 

  • interdire à vos enfants de se mettre les doigts dans le nez ;
  • apprendre à vos enfants à se laver les mains régulièrement ;
  • désinfecter les lésions cutanées de votre enfant s’il en a ;
  • empêcher votre enfant de gratter ses lésions cutanées s’il en a. 

Si la maladie survient tout de même, consultez un médecin et suivez le traitement adapté.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.