La digestion de bébé est une préoccupation majeure chez de nombreux parents. Diarrhées et/ou constipation à répétition, ballonnements, coliques, nombreux sont les désordres intestinaux que rencontre un nourrisson.

S’ils sont très fréquents et se dissipent généralement spontanément au fil des mois, inutile de laisser votre tout-petit dans l’inconfort. Voici quelques conseils pour améliorer son transit intestinal, encore très immature à son jeune âge.

Si bébé souffre de constipation

La constipation est très courante chez les bébés. Non seulement sa motricité intestinale n’est pas stimulée par la marche, mais de plus, son alimentation étant uniquement basée sur le lait, infantile ou maternel, elle manque de fibres.

  • L’enfant nourri au biberon

Plus fréquente chez les enfants nourris au biberon, la constipation peut être rapidement enrayée sur les conseils de votre pédiatre. Le choix du lait infantile et de l’eau utilisée suffit généralement à rétablir la situation et à lui assurer un meilleur confort digestif. Il est également préférable de ne pas réduire trop rapidement le nombre de tétées et d’assurer à l’enfant une alimentation fractionnée, plus digeste que de gros repas.

Veillez également à ce que la tétine de son biberon soit pleine de lait, afin qu’il n’avale pas trop d’air. Il existe des biberons favorisant l’élimination des bulles d’air se formant dans les biberons classiques. C’est le cas des biberons du Dr Brown’s, dotés d’un système de ventilation intégré éliminant la formation de pression négative pour un écoulement du lait sans effort.

  • L’enfant nourri au sein

En cas de constipation passagère, si vous allaitez votre enfant, pensez également à boire davantage d’eau et limitez la consommation de certains aliments, comme les choux, les œufs et les crudités.

  • Lors de la diversification alimentaire

Si votre enfant a démarré la diversification alimentaire, évitez de lui donner trop de féculents et privilégiez les légumes (cuits de préférence), les fruits et les céréales. Pensez également à lui faire boire de l’eau régulièrement.

Si bébé souffre de coliques, ballonnements ou flatulences

La colique du nourrisson touche de nombreux bébés dès leurs premières semaines de vie. Si elle disparait en général vers l’âge de 4 mois, elle fragilise le tout-petit et inquiète les parents, souvent impuissants face à des pleurs incessants.

Les crises de colique sont violentes. Le nourrisson se tortille de douleur dans tous les sens, son ventre est ballonné, anormalement dur, et il émet des gaz. Des solutions ayant fait leurs preuves existent, demandez conseil à votre pédiatre.

Votre pédiatre peut aussi préconiser temporairement un changement de lait. Dès l’âge de 6 mois, Capricare® offre à votre tout-petit une alternative de choix. Ce lait 2ème âge enrichi en vitamines, minéraux et autres nutriments est un lait développé à partir de protéines de lait de chèvre.

Enfin, bouillotte placée sur le ventre de l’enfant et massages anti-coliques dans le sens du transit lui apporteront une sensation d’apaisement et de bien-être.

Si bébé souffre de diarrhées ou vomissements

Diarrhées et/ou vomissements peuvent entraîner de graves risques de déshydratation. Si les symptômes sont légers à modérer, donnez-lui régulièrement un biberon d’eau tout en surveillant l’évolution de son état général.

Quels que soient les symptômes de troubles digestifs dont souffre votre tout-petit, il est essentiel de suivre attentivement leur évolution et, en cas de persistance ou de doute, de consulter rapidement votre médecin ou votre pédiatre.

Néanmoins, la plupart du temps, bien que source d’inconfort pour bébé et de tracas pour ses parents, ces petites turbulences digestives sont bénignes et disparaissent spontanément au fil des semaines. Ces quelques conseils sont alors suffisants pour améliorer le transit intestinal de bébé et redonner le sourire à toute la famille.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l’aliment idéal de chaque nourrisson. En cas d’utilisation d’une formule infantile, où quand la mère ne peut ou ne souhaite pas allaiter, il importe de respecter scrupuleusement les indications de préparation et d’utilisation et de suivre l’avis du corps médical.

Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé. Capricare® peut contenir des traces de protéines de lait de vache.