publié le: 26 juillet 2017
catégorie: Bien-être

les coliques du nourrisson

De manière générale, le bébé n’a pas d’autre moyen de vous « parler » qu’avec des cris. Et s’il pleure, ce n’est pas pour vous ennuyer, mais bien pour vous signifier qu’il a une gêne, un inconfort, une souffrance physique, faim ou autre chose. Les cris et les pleurs sont un signal d’alarme. Il faut donc les comprendre pour les reconnaître, surtout s’ils sont liés à des douleurs comme les coliques du nourrisson.

En tant que parent, on apprend que chaque « parole » a une signification. Lorsqu’un cri de douleur chez bébé résonne dans la maison, on ne pense pas immédiatement aux coliques du nourrisson, pourtant, elles sont diagnostiquées en moyenne chez 4 bébés sur 10.

Reconnaître les coliques du nourrisson

Les symptômes des coliques du nourrisson se résument globalement à des crises de pleurs inconsolables, durant 3 heures par jour, 3 jours par semaine, pendant 1 semaine minimum.

Votre bébé se tord de douleur, hurle sans parvenir à se calmer et il ne veut pas manger. Les crises de hurlement sont récurrentes et régulières (environ toutes les 3 heures). Bébé serre les poings, raidit ses petites jambes, les muscles de son ventre, et arque le dos. Quand vous posez la main sur son ventre, vous constatez qu’il est tout dur.

C’est sûrement une crise liée aux coliques !

Changer les habitudes lors des repas

Les crampes d’estomac et des intestins peuvent être provoqués par des bulles d’air qui se glissent au moment de la tétée (souvent celle du biberon). Pour commencer, procédez à quelques changements :

  • Le biberon : certaines marques ont conçu des biberons avec tétines aplaties qui limitent les bulles d’air dans le ventre. Elles sont très utiles pour éviter les coliques du nourrisson.
  • Lait infantile : si vous n’allaitez pas votre enfant, sachez que tous les laits infantiles du commerce ne conviennent pas à tous les bébés. Il existe des laits infantiles vendus en pharmacie qui peuvent limiter le développement des coliques chez le nourrisson. Les allergies aux protéines bovines ou au lactose peuvent aussi être en cause. Demandez conseil à votre pédiatre!
  • Position : lorsque vous donnez le biberon à votre bébé, veillez à bien le positionner. S’il est trop bas ou presque à l’horizontale, cela peut également avoir un impact sur la digestion.

Conseils supplémentaires pour soulager bébé

Votre bébé ne sait pas gérer ce degré de douleur, mais vous pouvez l’accompagner par quelques gestes simples et maternels/paternels.

Bercez-le et portez-le aussi souvent que possible. La chaleur de votre propre corps l’apaise.

La position du « bébé tigre » est particulièrement efficace. Posez votre bébé entre vos bras sur le ventre et balancez-le de droite à gauche en alternant de haut de bas. Installez un rythme régulier pour le soulager.

Vous pouvez également apaiser ses douleurs avec un massage ou des caresses au ventre. Cette technique permet d’évacuer les gaz plus facilement. Toujours dans le cadre du massage, un cataplasme à l’argile verte donne de bons résultats.

Dans tous les cas, restez le plus calme possible. Ce n’est pas facile, surtout face à un petit être qui hurle sa douleur pendant parfois des heures. Mais plus vous parviendrez à rester zen, plus votre bébé pourra se calmer rapidement.

Sachez que votre état émotionnel joue un grand rôle dans les réactions de votre nourrisson. Limitez votre stress et passez le relais si vous sentez que l’énervement monte en vous.

Installez-vous dans un lieu calme et reposant pour accompagner votre tout-petit et calmer ses douleurs.

 

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.