Signes d’infection de la gorge chez l’enfant : comment les reconnaître ?

publié le: 21 septembre 2016

Enfant signe infection gorge

Les maux de gorge sont fréquents chez les jeunes enfants. Néanmoins, lorsqu’une infection se déclare, il est essentiel de la traiter rapidement pour soulager le tout-petit et réduire les risques de complication.

Comment reconnaître ces signes d’infection de la gorge afin d’intervenir au plus vite ? Faisons le point.

Infections de la gorge, quelles maladies annoncent-elles ?

Chaque année, elles sont malheureusement nombreuses et répétées, notamment en périodes automnales et hivernales. Les virus et bactéries prolifèrent rapidement et épargnent rarement la gorge des jeunes enfants. Parmi les infections les plus courantes :

  • Le rhume, ou rhinopharyngite est l’une des infections de la gorge la plus répandue entre l’âge de 6 mois et 6 ans. Très contagieux, mais bénin, il disparait généralement de façon spontanée en une dizaine de jours.
  • La laryngite est une inflammation du larynx, souvent précédée par le rhume. Elle nécessite en principe un traitement spécifique pour que l’enfant guérisse en moins d’une semaine.
  • L’angine se caractérise par une inflammation des amygdales et de la gorge. Si elle est d’origine bactérienne, l’administration d’antibiotiques peut s’avérer nécessaire pour en venir à bout en quelques jours.

Quelle que soit l’infection de la gorge, rhume, laryngite, angine ou autre, le tout-petit est incommodé et souvent fébrile. Comme l’indique le dicton “mieux vaut prévenir que guérir”, encore faut-il être en mesure de détecter les premiers symptômes de l’infection.

 Signes d’infection de la gorge : comment les identifier ?

Votre enfant se plaint de la gorge ? Elle chatouille et gratouille ? Il semble avoir du mal à avaler sans grimacer ? Il s’agit peut-être d’une petite inflammation des tissus de sa gorge, mais il est aussi possible que ce simple mal soit le signe annonciateur d’une infection, certes généralement bénigne, mais pouvant entrainer des complications en se propageant dans la sphère ORL (otite, sinusite) ou dans les bronches.

Si votre enfant a mal à la gorge, une obstruction nasale et des écoulements, des maux de tête, une fièvre modérée et s’il éternue fréquemment, il y a de fortes chances qu’il ait attrapé un vilain rhume. Un suivi médical peut s’avérer utile pour écarter le risque fréquent d’otite ou de laryngite.

La laryngite atteint souvent le jeune enfant entre 1 et 3 ans. Si votre tout-petit tousse, a une voix enrouée et un peu rauque, une fièvre inférieure à 38,5°C, mais surtout s’il présente des difficultés respiratoires, consultez rapidement votre médecin ou votre pédiatre. En principe, les premiers symptômes annonçant une laryngite se manifestent progressivement, essentiellement la nuit.

Il est rare qu’une angine apparaisse avant l’âge de 2 ans. Néanmoins, avant ou après ses 24 mois, les premiers symptômes de cette infection sont en principe un mal de gorge intense, l’enfant a alors du mal à avaler sa salive et à manger. Sa gorge est très irritée et il a des poussées de forte fièvre pouvant atteindre 40°C. Des frissonnements, des maux de tête et des ganglions au niveau du cou confirment généralement le diagnostic. Là aussi, une consultation médicale s’impose afin de soulager l’enfant au plus vite.

Dès les premiers signes d’infection, adoptez les bons réflexes

Il est essentiel d’adopter quelques gestes simples pour soulager votre enfant dès l’apparition des premiers symptômes. Faites-lui boire de l’eau fraîche régulièrement, donnez-lui une alimentation facile à absorber peu salée et non épicée, ne surchauffez pas sa chambre (pas plus de 20°C) et surveillez l’évolution de sa température. Au moindre doute, consultez votre médecin ou votre pédiatre.

Dès l’âge de 3 ans, vous pouvez lui administrer Pharyndol®, un traitement topique naturel issu de tanins végétaux et de glycérol permettant d’enrayer rapidement l’infection et peut ainsi soulager efficacement votre enfant.

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.