publié le: 9 mai 2016

Varicelle : comment éviter la contagion ?

Comment éviter la contagion de la varicelle

La varicelle est l’une des maladies infantiles les plus redoutées par les parents. Fièvre, éruptions cutanées et incontrôlables démangeaisons pouvant laisser de vilaines cicatrices, son arrivée à la maison est souvent très mal vécue. Mais surtout, elle est terriblement contagieuse et n’épargne que peu d’enfants sur son passage.

Comment se transmet la varicelle et comment préserver son enfant ?

Le varicelle-zona : un virus tenace qui se propage vite

Un simple éternuement, une poignée de main, un doudou emprunté, un petit bisou ou une tétine échangée suffit pour que le virus de la varicelle, le varicelle-zona, pénètre dans l’organisme de votre enfant et le contamine. Il se transmet par simple contact cutané, par tout objet infecté porté à la bouche ou par voie aérienne.

Mais le virus ne se contente pas de se propager rapidement, il est aussi particulièrement sournois. Alors que les premiers boutons annonciateurs de la maladie n’apparaissent qu’après la période d’incubation, soit entre 14 et 21 jours, votre enfant est déjà extrêmement contagieux !

L’éviction scolaire n’étant pas obligatoire en cas de varicelle avérée, votre enfant a de très fortes chances d’être en contact avec le virus. Comment éviter sa contagion ?

Les bons gestes pour limiter les risques de transmission de la varicelle

À l’école, à la crèche ou à la garderie, le virus de la varicelle se répand vite. La plupart du temps, il provoque une épidémie de plusieurs semaines, signalée par la direction de l’établissement.

En cas d’alerte, pour éviter la contagion du tout-petit, mais aussi celle de la fratrie s’il est déjà porteur du virus, quelques consignes simples doivent être mises en place rapidement :

  • Apprenez-lui à se laver les mains correctement et régulièrement (il doit savoir frotter entre ses doigts)
  • S’il est encore trop petit pour le faire lui-même, rincez-lui les mains soigneusement et faites-en de même
  • Coupez ses ongles pour qu’ils restent propres
  • Expliquez-lui qu’il doit éviter tout contact affectif avec les camarades de sa classe, mais aussi avec ses frères et sœurs. Ce n’est pas facile de le faire comprendre à un tout petit, mais il peut être déjà contagieux sans que vous ne le sachiez
  • Apprenez-lui à porter un mouchoir à sa bouche s’il éternue ou tousse
  • N’échangez pas les couverts, assiettes, doudous, biberons ou tétines
  • Aérez sa chambre tous les jours et maintenez-y une température à 19 °C

Enfin, la varicelle pouvant être dangereuse pour les personnes âgées, femmes enceintes, adolescents et personnes immunodéprimées ne l’ayant pas attrapée enfant, évitez que votre enfant s’approche d’eux.

Le virus a été le plus fort : votre enfant a contracté la varicelle

Malgré toutes les précautions que vous avez prises, votre tout-petit a été contaminé. Ne vous affolez pas, cette maladie infectieuse virale est très fréquente entre l’âge de 2 et 10 ans. Bénigne, elle peut néanmoins provoquer des troubles importants à l’adolescence. Mieux vaut donc le voir couvert de petits boutons disgracieux maintenant que plus tard.

Avant l’âge de 12 ans, la vaccination contre la varicelle n’étant pas recommandée, votre premier réflexe doit être d’emmener votre enfant chez le médecin pour qu’il confirme le diagnostic. Il vous prescrira un traitement si besoin est.

Le plus difficile va être d’empêcher votre enfant de se gratter. La varicelle déclenche des grattages parfois très difficilement contrôlables, surtout chez un jeune patient. Pour les apaiser et limiter tout risque de complications cutanées, PediAct propose une mousse rafraichissante, conçue pour les enfants : PoxClin®. Elle contient un principe dérivé de l’Aloe vera qui peut soulager les démangeaisons, et limiter le risque de surinfection et de cicatrices.

Facile d’utilisation, PoxClin® est une galénique permettant de favoriser la guérison de votre enfant, et de lui redonner le sourire en quelques gestes.

Nouveau call-to-action

NB : Cet article ne se substitue en aucun cas à une consultation médicale ou aux conseils d’un professionnel de santé.